Fernando Alonso (Ferrari)
La Ferrari F2012 #5 pilotée par Fernando Alonso (Ferrari). La #6 sera pilotée par Felipe Massa. | LLUIS GENE / AFP

Alonso prêt à distancer la concurrence

Publié le , modifié le

Après ses dernières excellentes performances, Fernando Alonso (Ferrari) entame au Grand Prix d'Allemagne, dimanche à Hockenheim, sa course pour conforter son leadership et viser une troisième couronne mondiale. Mark Webber et Sebastian Vettel (Red Bull), voire Lewis Hamilton (McLaren), ne se laisseront pas faire.

A presque mi-saison, à onze courses de la fin de la saison, Alonso ne possède certes que quelques points d'avance sur une meute de poursuivants mais il semble armer pour aller chercher une nouvelle couronne. Le double champion du monde en 2005 et 2006 a pris la mesure de sa voiture et de ses pneumatiques pour gagner en régularité et en performance. Sa récente deuxième place à Silverstone en atteste. En gérant sa course et en acceptant de prendre les points, l'Espagnol a lancé un message: le titre plutôt que les victoires d'un jour.

Et pourquoi ne pas récidiver dès l'Allemagne? Compte tenu de l'alternance entre Hockenheim et le Nürburgring, les résultats de l'an passé ne sont pas significatifs. Désolé pour Hamilton, vainqueur sur le Nürburging. En 2010, Alonso s'était imposé sur le tracé rapide d'Hockenheim. Même si les Red Bull ne sont plus aussi dominatrices que les saisons dernières, Vettel et Weber sont encore les seuls capable d'inquiéter sur la durée l'Espagnol.

Dernière chance pour Hamilton

Derrière, la concurrence s'active aussi. Hamilton abat l'une de ses dernières cartes pour se mêler au titre. Le pilote britannique a besoin de concrétiser le bon comportement de sa voiture. Idem pour Kimi Raikkonen (Lostu Renault). Le Finlandais est le seul coureur de tête, comme son coéquipier français Romain Grojean, à ne pas avoir gagné un Grand Prix. Pour se placer dans la victoire finale, l'ancien champion du monde doit faire franchir un palier à sa voiture.

Le circuit Hockenheim, reconnu pour être très rapide au monde, se caractérise désormais par de longues lignes droites, combiné à une section bien plus lente et technique dans la complexe section du Stadium. Du coup, les réglages des voitures sont difficiles à mettre en place comme le choix des pneumatiques rendu primordial par la multiplication des freinages. Bref, un Grand Prix passionnant en perspective.

Webber recule de 5 places

L'Australien Mark Webber (Red Bull), 2e du championnat, subira une pénalité de cinq places sur la grille de départ en raison d'un changement de boîte de vitesses après le GP de Grande-Bretagne.

Mathieu Baratas