Alonso: "Je ne sais pas ce qui s'est passé"

Publié le , modifié le

Fernando Alonso a affirmé après sa victoire controversée au Grand Prix d'Allemagne de Formule 1 "ne pas savoir ce qui s'était passé" pour son coéquipier Felipe Massa lorsque celui-ci l'a manifestement laissé le doubler. "Nous méritons ce résultat", a déclaré le double champion du monde espagnol.

Quels sont vos sentiments après ce doublé de Ferrari ?
- "Nous méritons ce résultat. Aucun point ou presque pour Felipe et  moi à Valence et Silverstone avec une voiture compétitive pour différentes  raisons, beaucoup de malchance. Nous sommes venus ici avec quelques  améliorations de la voiture, certaines nouvelles pièces, qui ont l'air de très  bien fonctionner. Gagner une course est toujours spécial, mais le faire pour  Ferrari l'est encore plus."

Serez-vous au même niveau dimanche prochain à Budapest ?

- "Oui, je crois. Je ne vois aucune raison d'être pessimiste en Hongrie. La  voiture était compétitive à Valence et Silverstone, encore plus ici, donc le  tableau sera le même dans huit jours. La compétition sera très forte avec Red  Bull et McLaren. Mais au moins, nous serons dans la bataille. Il y a eu  certaines courses cette année où nous étions très proches de Renault et  Mercedes, mais très loin de Red Bull et McLaren."

Votre manoeuvre sur Felipe, qui a permis votre victoire à Hockenheim, n'a  pas eu l'air très risquée ...
- "Je ne sais pas ce qui s'est passé. Mais à la sortie du virage 6, j'ai vu  Felipe un peu lent et j'ai essayé de le doubler. Il faut saisir chaque  opportunité car c'est un circuit où il est très difficile de dépasser. Et on n'a  qu'une chance dans le virage 6. Là, j'étais assez proche pour essayer, donc j'ai  doublé l'autre voiture. Après, il restait 15 ou 20 tours jusqu'à l'arrivée."

Certaines personnes parlent déjà d'une victoire volée, qu'en pensez-vous  ?
- "J'étais compétitif depuis vendredi. Je l'étais vraiment, en première  position (de la deuxième séance d'essais libres). J'ai fini 2e en qualifications  pour 12 centimètres (l'équivalent des 2/1000e que Vettel, l'auteur de la pole,  avait d'avance sur lui). Et dimanche, j'ai réalisé le meilleur temps en course.  Au final, je ne pense pas avoir été très lent ce week-end."
Vous parlez souvent d'améliorer la qualité du spectacle pour les  spectateurs. N'avez-vous pas fait le contraire dimanche ?
- "Nous essayons toujours de faire un bon show. Mais nous travaillons pour  des sociétés, pour des écuries. Nous avons vu cette année des crashes entre  partenaires (celui de Webber et Vettel en Turquie, NDLR) et la perte de 43  points par l'écurie. Aujourd'hui, Ferrari a 43 points dans la poche. C'est pour  cela que nous sommes ici."