Fernando Alonso
Fernando Alonso (Ferrari) a dominé le Grand Prix de Chine | ED JONES - AFP

Alonso intraitable en Chine

Publié le , modifié le

Phénoménal Alonso. Contraint à l'abandon lors du précédent Grand Prix en Malaisie, le pilote espagnol a dominé de la tête et des épaules la troisième course de la saison. En tête dès le cinquième tour, Alonso n'a jamais tremblé. Sur la ligne, il devance Raïkkönen et Hamilton. Vettel est quatrième, Grosjean neuvième.

Fernando Alonso ne s'avoue jamais vaincu. Out après seulement quelques boucles en Malaisie, le Taureau des Asturies a eu le temps de ruminer cet accroc avant d'arriver à Shanghai pour la troisième levée de la saison. Excellent troisième en qualifications, l'Espagnol a profité d'un mauvais départ de Raïkkönen pour se porter au deuxième rang au premier virage. Le rythme des Ferrari, alors excellent, permet une manœuvre spectaculaire: à la fin de la 5e boucle, Alonso et Massa passent Hamilton coup sur coup. La salve des arrêts aux stands ne changent pas fondamentalement les positions même si Massa perd quelques places.

Webber encore malheureux

Derrière, les arrêts font le jeu de Button et Vettel. Partis en pneus mediums, les deux pilotes remontent petit à petit au classement avant que la course ne s'emballe autour du 20e tour. Ce sont d'abord Webber et Vergne qui s'accrochent quand le Français ne voyant pas la manœuvre hardie de son homologue australien, se rabattait sur la Red Bull. Contraint de passer aux stands, Webber voit sa course prendre fin quelques tours plus tard quand sa roue arrière droite se détache de sa voiture. Plus de peur que de mal mais Red Bull va être lourdement pénalisée pour cette erreur inhabituelle. Après l'épisode malais, l'Australien finit un nouveau Grand Prix avec goût amer dans la bouche. Un étage au dessus, Raïkkönen subit l'agressivité non-contrôlée de Pérez. Malgré un museau endommagé, "Iceman" conserve un bon rythme.

Raïkkönen confirme

Étincelant en ce début de saison, le pilote finlandais a fait fi de son départ complètement raté pour construire sa course en bon gestionnaire qu'il est. "On ne pouvait pas faire mieux aujourd'hui, donc une deuxième place c'est bien, vu les circonstances de cette course. J'ai pris un mauvais départ et j'ai perdu des  places, mais je voulais quand même gagner. Ca ne m'a pas aidé de toucher Pérez quand j'ai essayé de le doubler. (...) J'étais juste surpris de  la qualité du comportement de la voiture malgré ça, cela allait à peu près, et  je pense qu'on a eu de la chance" a réagit "Iceman" après la course.  A l'abri dans les derniers tours, le pilote Lotus glane une deuxième place précieuse à distance respectable d'un Alonso intouchable. "C'était une course fantastique pour nous, quasi-parfaite, sans gros  problème sur la voiture, la dégradation des pneus était meilleure que prévu", a  dit Alonso sur le podium. "Ca fait du bien après mon abandon en Malaisie et  cette campagne 2013 commence bien, nous sommes optimistes". L'Espagnol remporte la 31e victoire de sa carrière et remet Ferrari sur la plus haute marche du podium. Chose qui n'était plus arrivée depuis 12 Grand Prix. C'était en Allemagne. Il rappelle aussi qu'il faudra compter sur lui cette saison. La lutte pour le titre devrait être superbe puisque Lewis Hamilton a confirmé que le podium de Kuala Lumpur n'était pas un feu de paille en conservant la troisième position pour quelques centièmes juste devant Vettel."C'était une bonne course pour moi, même  si j'aurais bien aimé gagner. C'est un beau podium à la fin d'une très bonne  course. Fernando (Alonso) a fait un super boulot et Kimi (Räikkönen) aussi, ils étaient un peu trop rapides pour moi aujourd'hui" a concédé le Champion du monde 2008 en conférence de presse. Sebastian Vettel échoue lui à monter sur le podium pour la première fois de la saison. Bilan mitigé donc pour sa stratégie décalée. Parti neuvième, "Baby Schumi" a remonté beaucoup d'adversaires pour finalement échouer au pied de la "boîte".

Les Français eux ont souffert ce dimanche. Romain Grosjean, gêné par une voiture un peu trop sous-vireuse, a une nouvelle fois terminé loin de son coéquipier. Le pilote français voit son statut de numéro 2 au sein de l'écurie Lotus se confirmer de weekend en weekend. Il sauve les meubles avec sa 9e place mais nul doute que ses dirigeants attendent beaucoup mieux. Les autres Français ont navigué au-delà de la 10e. Vergne termine 12e, battu par son coéquipier Ricciardo 7e, Bianchi confirme qu'il est le meilleur du fond de grille avec sa 15e, juste devant Charles Pic 16e.

Au Championnat du monde, Sebastian Vettel conserve la tête avec 52 points mais voit Raïkkönen revenir sur ses talons avec ses 49 unités. Fernando Alonso est lui aussi relancé à neuf points du leader. Ils sont quatre en 13 points puisqu'Hamilton pointe au quatrième rang avec 40 points inscrits. La lutte va être superbe entre ces quatre pilotes déjà sacrés dans leur carrière. Rendez-vous est pris dès dimanche prochain sur le circuit de Barheïn.

Classement de la course:

1. Fernando Alonso (ESP/Ferrari), les 305,066 km en 1 h 36:26.945
(moyenne: 189,779 km/h)
2. Kimi Räikkönen (FIN/Lotus-Renault) à 10.168
3. Lewis Hamilton (GBR/Mercedes) à 12.322
4. Sebastian Vettel (GER/Red Bull-Renault) à 12.525
5. Jenson Button (GBR/McLaren-Mercedes) à 35.285
6. Felipe Massa (BRA/Ferrari) à 40.827
7. Daniel Ricciardo (AUS/Toro Rosso-Ferrari) à 42.691
8. Paul di Resta (GBR/Force India-Mercedes) à 51.084
9. Romain Grosjean (FRA/Lotus-Renault) à 53.423
10. Nico Hülkenberg (GER/Sauber-Ferrari) à 56.598
11. Sergio Pérez (MEX/McLaren-Mercedes) à 1:03.860
12. Jean-Eric Vergne (FRA/Toro Rosso-Ferrari) à 1:12.604
13. Valtteri Bottas (FIN/Williams-Renault) à 1:33.861
14. Pastor Maldonado (VEN/Williams-Renault) à 1:35.453
15. Jules Bianchi (FRA/Marussia-Cosworth) à 1 tour
16. Charles Pic (FRA/Caterham-Renault) à 1 tour
17. Max Chilton (GBR/Marussia-Cosworth) à 1 tour
18. Giedo van der Garde (NED/Caterham-Renault) à 1 tour

Classement des pilotes:

1. Vettel 52 points
2 Raïkkönen 49 pts
3. Alonso 43 pts
4. Hamilton 40 pts
5. Massa 30 pts
6. Webber 26 pts
7. Rosberg 12 pts
8. Button 12 pts
9. Grosjean 11 pts
10. Di Resta 8 pts


Classement des constructeurs:

1. Red Bull 78 points
2. Ferrari 73 pts
3. Lotus 60 pts
4. Mercedes 52 pts
5. McLaren Mercedes 14
6. Force India 14 pts
7. Toro Rosso 7 pts
8. Sauber 5 pts