Fernando Alonso
Fernando Alonso (Ferrari) a dominé le Grand Prix de Chine | ED JONES - AFP

Alonso et Raikkonen à la chasse au Vettel

Publié le , modifié le

Fernando Alonso (Ferrari) et Kimi Raikkonen (Lotus) vont tenter de réduire l'écart qui les sépare du leader du championnat du monde, Sebastian Vettel, à l'attaque du Grand Prix de Hongrie, 10e manche (sur 19) de la saison 2013, prévu dimanche sur le circuit du Hungaroring, près de Budapest. Juste avant la traditionnelle pause estivale. Le triple champion du monde allemand compte 34 longueurs d'avance sur l'Espagnol et 41 sur le Finlandais.

Lewis Hamilton (Mercedes), vainqueur  l'an dernier au volant d'une McLaren, Kimi Raikkonen, toujours placé mais rarement gagnant (un seul succès), et Fernando Alonso (Ferrari), qui croit  toujours au titre mondial (deux victoires), veulent enrayer la domination de Sebastian Vettel  (Red Bull) ce week-end en Hongrie. Intraitable début juillet chez lui en Allemagne, Vettel devra de nouveau s'employer pour repousser l'offensive de ses trois plus dangereux rivaux au classement mondial (Hamilton, le plus loin, est 4e à 58 points). 

Hamilton pour une première cette saison​

A la différence de son équipier Rosberg (6e avec 73 points de Vettel), Hamilton n'a pas encore réussi à  gagner cette saison, malgré les qualités évidentes de sa Mercedes W04. Au  Nürburgring, le champion du monde 2008 a égalisé avec Rosberg au nombre de pole  positions, trois chacun, mais son palmarès est encore vierge dans une Flèche  d'Argent. Alors pourquoi pas sur le Hungaroring, où il a déjà triomphé trois  fois ? Sur un tourniquet hongrois où la canicule est annoncée et où il est  toujours difficile de dépasser, une place en pole position, ou en première  ligne, est souvent déterminante. Ce sera l'objectif d'Hamilton, comme en 2012  quand, parti en tête, il a mené la quasi-totalité de la course et s'est replacé  dans la course au titre.

La science d'Alonso, la régularité de Raikkonen​

Mais les deux principaux challengers de l'ogre teuton restent Fernando Alonso et Kimi Raikkonen, deux autres anciens champions du monde. Le pilote Ferrari semble capable de s'imposer partout ou, à tout le moins, de tirer la quintessence du potentiel de sa monoplace, guère heureuse aux essais mais plutôt à l'aise en course, en tous cas beaucoup plus rapide et fiable que la saison passée. Le Scandinave, toujours dans l'expectative quant à l'idée de rejoindre éventuellement Vettel chez Red Bull, espère de son côté rester au contact du duo de tête afin de bien lancer sa fin de saison dans un mois. 

Attention toutefois. Si ce brelan d'As n'a pas le droit à l'erreur, c'est le cas de Vettel qui peut donc envisager de contrôler la situation dimanche, car il déjà gagné une fois  sur deux (quatre victoires en neuf manches) et sera encore en tête dimanche  soir, quand les grandes vacances de la F1 vont commencer. Lancé à la poursuite de l'histoire (Juan Manuel Fangio et Michael Schumacher sont pour le moment les seuls à s'être imposés quatre fois consécutivement au championnat), le blondinet au coup de volant incisif frapperait un grand coup en gagnant sur une piste qui ne lui a jamais réussi. Il assommerait littéralement la concurrence.

Nouveaux pneus

Pour ce Grand Prix, le manufacturier italien Pirelli  fournira de nouveaux pneus à gomme medium et tendre aux onze écuries. Ces nouveaux pneus combinent des structures 2012, à base d'acier, pour des  raisons de sécurité, après les nombreuses crevaisons qui ont émaillé le Grand  Prix de Grande-Bretagne, à des gommes 2013, plus tendres que les modèles 2012. Ils ont été essayés et validés pendant trois jours à Silverstone, du 17 au  19 juillet, lors d'une séance d'essais pour jeunes pilotes à laquelle ont été  conviés, exceptionnellement, plusieurs pilotes titulaires. 

Les horaires

Vendredi:
8h00 à 9h30: 1re séance d'essais libres
12h00 à 13h30: 2e séance d'essais libres
   
Samedi:
9h00 à 10h00: 3e séance d'essais libres
12h00 à 13h00: séance de qualifications
   
Dimanche:
12h00: Grand Prix de Hongrie (70 tours)