Fernando Alonso Ferrari
Fernando Alonso (Ferrari) | TOM GANDOLFINI / AFP

Alonso dans le viseur de McLaren

Publié le , modifié le

La rumeur courrait dans le paddock depuis l'arrivée de la F1 à Singapour: McLaren tenterait de faire revenir Fernando Alonso. Ce vendredi, Martin Witmarsh, le directeur de l'écurie, l'a confirmé, il cherche bel et bien à attirer le pilote Ferrari dans ses filets pour la saison prochaine.

Et si l'association tant attendue Alonso-Raïkkönen ne voyait jamais le jour ? Si l'on en croit Martin Witmarsh, directeur de McLaren, c'est désormais une possibilité crédible:"Oui, si j'ai l'opportunité de recruter Alonso, je le ferai." Ces quelques mots devraient redonner un sérieux coup de fouet à la fin de saison de Formule 1 qui s'achemine vers un nouveau sacre aisé de Sebastian Vettel. Si Sergio Pérez est à l'abri grâce à son contrat longue durée soutenu par un énorme sponsor, Jenson Button pourrait être celui qui ferait les frais de ce coup de génie réalisé par Witmarsh. Rarement cordial, les relations entre Ferrari et McLaren prennent un nouveau tournant. Alonso est lié à la marque italienne jusqu'en 2016, or il est très rare qu'une star du plateau "dénonce" son contrat avant son terme. Pour se défaire de son bail avec la Scuderia, le pilote espagnol devrait se défaire d'environ 20 millions de dollars. Une coquette somme. Mais par une petite phrase mystérieuse, Witmarsh a rebattu les cartes: "Fernando a son destin entre les mains"

Alonso fragilisé chez Ferrari

Le recrutement de Kimi Raïkkönen par Ferrari marque sans aucun doute un tournant dans la relation entre Alonso et la Scuderia. Auparavant enfant chéri et tyran à la fois, le "Taureau des Asturies" voit son crédit de plus en plus prendre du plomb dans l'aile au sein du cheval cabré. On le sait, Alonso aime dominer entièrement son équipe. C'est d'ailleurs pour ça qu'il avait quitté, prématurément, McLaren fin 2007, après une saison seulement dans l'écurie anglaise et alors que Lewis Hamilton faisait plus que marcher sur ses plates bandes. L'arrivée de Raïkkönen serait-elle le coup de grâce pour le double champion du monde ? A l'arrivée du Grand Prix de Hongrie, le 28 juillet dernier, il avait déclaré vouloir "une voiture comme les autres". Pas sur que McLaren, qui collaborera avec Honda à partir de 2015, soit capable de lui donner ce qu'il désire.