Le stadium de Mexico City
Le stadium de Mexico City | Lars Baron / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

F1 à Monza, MotoGP à Silverstone, 6H de Mexico : Un week-end à pleine charge

Publié le , modifié le

La rentrée est déjà loin pour les pilotes de F1 et de MotoGP. Une semaine après un GP de Belgique très mouvementé, place au temple de la vitesse de Monza, théâtre d’un nouveau duel entre les Mercedes de Hamilton et Rosberg. A Silverstone, les Yamaha Boys espèrent reprendre des points au leader du MotoGP Marc Marquez. Enfin, l’endurance fait elle son retour à Mexico.

  • F1 - GP d’Italie (Monza) : Vers un nouveau duel Rosberg et Hamilton ?

F1 - GP d’Italie (Monza) : Vers un nouveau duel Rosberg et Hamilton ?

Les Tifosi vont-ils avoir le cœur transpercé par les Flèches d’argent ? Vu le niveau actuel des Ferrari, les fans de la Scuderia ont peu de chance d’entendre « Fratelli d’Italia » sur le podium dimanche. Sur les premiers 13 GP de la saison, la seule victoire d’une autre auto qu’une Mercedes est venue d’une Red Bull (Barcelone). Et encore, c’était après l’accrochage entre Hamilton et Rosberg. Sur un circuit de très hautes vitesses, le moteur allemand va encore faire des ravages. Heureux 3e à Spa, Lewis Hamilton a limité la casse sur son coéquipier Nico Rosberg et aborde Monza avec confiance, surtout qu’il y est invaincu depuis deux ans (2014, 2015). "Je connais très bien Monza, j'y ai roulé dans de nombreuses catégories et c'est impossible de ne pas aimer un tel circuit", se réjouit le pilote Mercedes. Après sa victoire en Belgique, Rosberg continue sa course-poursuite derrière Hamilton. Il sait ne plus avoir droit à l’erreur. « Je prends les courses l'une après l'autre. Pour moi, chaque course est une finale de Coupe », explique l’Allemand, grand amateur de football. Il faudra toutefois se méfier des Red Bull et son kamikaze Max Verstappen. Quant à Ferrari, la pression sera encore plus forte à domicile. Si le départ est mieux négocié que dans les Ardennes, une 3e place reste possible. Ça fera toujours un peu de rouge sur le podium pour les Tifosi.

  • MotoGP  - GP de Grande-Bretagne (Silverstone) : Crutchlow en terrain conquis

MotoGP  - GP de Grande-Bretagne (Silverstone) : Crutchlow en terrain conquis

La Grande-Bretagne est soulagée. Depuis le temps qu’elle attendait un successeur à Barry Sheen dans la catégorie reine, il a fini par arriver à Brno. Vainqueur surprise sur sa Honda privée, Cal Crutchlow débarque à Silverstone avec le compteur ouvert. Impérial sur une piste séchante, l’Anglais va scruter le ciel et espérer les ondées habituelles sur Silverstone. Marc Marquez (Honda) surveillera lui les performances des deux Yamaha officielle qui le précèdent au championnat du monde. Avec 53 pts d’avance sur Rossi et 59 sur Lorenzo, l’Espagnol peut voir venir. En revanche, c’est hyper serré au classement constructeur, Yamaha devançant Honda d’un point (222 contre 221). En Moto2, Johann Zarco a vu Alex Rins revenir à moins d’un GP. Rien de dramatique mais le Français doit se relancer pour s’ouvrir les portes d’un 2e titre.

  • WEC - 6 Heures de Mexico : L’endurance de retour !

WEC - 6 Heures de Mexico : L’endurance de retour !

Porsche a-t-il tué le championnat du monde ? Que ce soit côté pilotes ou constructeurs, on imagine mal la firme de Stuttgart relâcher sa proie. Vainqueur à Silverstone, au Mans (où les points sont doublés) et au Nürburgring, Porsche a creusé un écart immense avec la concurrence (+ 35 pts sur Audi et + 67 pts sur Toyota). Le titre semble également promis à Dumas et Jani, vainqueurs au Mans. Heureusement, Mexico est un nouveau circuit pour le WEC et c’est l’inconnu pour toutes les équipes. « Je suis déjà allé à Mexico City mais c’était il y a très longtemps en 2003 lorsque j’ai couru ma seule et unique course en Formule Atlantique, se souvient le pilote Porsche Romain Dumas. Je me souviens qu’était complètement fou et que les fans étaient biens. Les gens sont très enthousiastes. Maintenant je regarde devant pour découvrir cette nouvelle piste. » Situé à 2250m, Mexico City est un vrai défi pour les moteurs. « Ce sera un gros challenge avec l’altitude, ajoute Dumas. Pour les moteurs, la circulation de l’air, l’appui et pour les pilotes. Personne n’a déjà conduit une LMP1 à plus de 2000 mètres. »

Xavier Richard @littletwitman