Porsche 919 N.17 Bahreïn
La Porsche 919 N.17 en pole aux 6H de Bahreïn | FREDERIC LE FLOC H / DPPI Media

Webber fonce vers son premier titre mondial

Publié le , modifié le

Deux ans après son départ de la Formule 1, Mark Webber a trouvé en endurance une formidable reconversion. Artisan avec Romain Dumas et Timo Berhard du grand retour de Porsche dans la discipline, l'Australien est sur le point de coiffer sa premier couronne mondiale samedi aux Six Heures de Bahreïn, 8e et dernière manche du championnat du monde (WEC). A l'issue des qualifications, le trio Webber-Hartley-Bernhard a grappillé sur la 919 Hybrid N.17 un nouveau point en signant la pole aux dépens de l'Audi R18 e-tron quattro de Tréluyer-Fässler-Lotterer. Avec 13 pts d'avance, l'équipe Porsche peut se contenter d'une place dans le Top 4.

A défaut d'avoir conquis Le Mans en juin dernier, cet honneur revenant à Hulkenberg-Bamber-Tandy, Mark Webber et ses deux coéquipiers peuvent parachever une année quasi parfaite pour Porsche. En deux saisons, le constructeur allemand est redevenu la référence de l'endurance, ce qu'elle fût dans les années 70, 80 et 90. Depuis onze courses, elle est imbattable sur un tour. A Bahreïn, les 919 occupent la première ligne avec une confortable avance sur la concurrence (+ 1'5" sur les Audi). Une aubaine pour la N.17 qui va bénéficier d'un rempart amical avec la N.18 de Dumas, Jani et Lieb. Battu pour le titre, la deuxième Porsche joue les gardes du corps depuis plusieurs courses. "C'est bien d'être en pole à nouveau et cela pourrait se révéler être un point crucial samedi, a précisé Brendon Hartley. Cela va nous donner un peu d'air."

Audi rêve encore d'un titre

C'est un petit miracle de voir une Audi encore dans le coup dans cette dernière manche alors que la 919 N.17 s'est imposée au Nürburgring, à Austin, Fuji et  Shanghai, participant largement à la conquête du titre constructeur. La R18 e-tron quattro surfe toujours sur un début de saison idéal avec des victoires à Silverstone et Spa. Sa présence sur chaque podium de la saison n'y est pas étranger... On l'imagine toutefois avoir des difficultés à battre les Porsche à la régulière puisqu'une victoire ne suffira pas (Une 4e place donnerait le titre mondial à Webber-Hartley-Bernhard, ndlr). 

La der d'Alex Wurz

Au moment où Webber coiffera peut-être son premier titre mondial, un autre ex-pilote de F1 va tirer sa révérence. L'Autrichien Alex Wurz (ex-Williams et McLaren) a décidé de ranger son casque à  41 ans à sa 28e course dans une Toyota. Wurz s'est forgé un magnifique palmarès en endurance avec deux victoires aux 24 Heures du  Mans (1996, 2009). La saison délicate des protos japonais n'est sûrement pas étrangère à cette décision. Son dernier succès remonte à un an, sur ce même circuit en plein désert. Une page se tourne pour le pilote et le constructeur qui espère faire son retour au premier plan en 2016. Ecurie en forme de la fin de saison, Alpine-Signatech reprendrait bien un peu de champagne. C'est parti pour puisque le trio Nelson Panciatici, Paul-Loup Chatin et Tom Dillmann a obtenu la pole position des LMP2.

Grille de départ des 6 Heures de Bahreïn

   1re ligne:
    Bernhard-Webber-Hartley (GER-AUS-NZL/Porsche 919 Hybrid)
    Dumas-Jani-Lieb (FRA-SUI-GER/Porsche 919 Hybrid)

    2e ligne:
    Fässler-Lotterer-Tréluyer (GER-SUI-FRA/Audi R18 e-tron quattro)
    Di Grassi-Duval-Jarvis (BRA-FRA-GBR/Audi R18 e-tron quattro)

    3e ligne:
    Davidson-Buemi-Nakajima (GBR-SUI-JPN/Toyota TS040 Hybrid)
    Wurz-Sarrazin-Conway (AUT-FRA-GBR/Toyota TS040 Hybrid)

    4e ligne:
    Imperatori-Kraihamer-Tuscher (SUI-AUT-SUI/Rebellion-AER)
    Prost-Beche (FRA-SUI/Rebellion-AER)

    5e ligne:
    Trummer-Kaffer (SUI-GER/ByKolles CLM-AER)
    Panciatici-Chatin-Dillmann (FRA/Alpine-Nissan), 1er catégorie LMP2
    ...