Alpine N.36 nuit 24LM
Alpine continue d'animer les courses d'endurance | JEAN MICHEL LE MEUR / DPPI Media;JEAN MICHEL LE MEUR / DPPI media

Sinault : "2016, une étape importante pour Alpine"

Publié le , modifié le

Avec deux nouvelles voitures (A460) en championnat du monde d'endurance et aux 24 Heures du Mans (18-19 juin), Alpine s'est donné les moyens de ses ambitions. Une situation qui ravit le patron de Signatech-Alpine, Philippe Sinault.

Question : Vous avez terminé l'année 2015 en trombe. Tout est à refaire ?
Philippe Sinault : "Je ne suis pas un spécialiste du surf mais on essaie de rester sur la bonne vague, sur cette bonne dynamique de la fin d'année dernière pour amorcer les nouveaux projets ambitieux de 2016."

Q : Quels sont ces projets ?
PS : "L'idée, c'était de mettre deux Alpine en championnat du monde. La bonne nouvelle c'est qu'on a réussi à le faire en WEC et au Mans. C'est une étape importante pour le projet et pour la marque car il y a une internationalisation forte, notamment avec un équipage sous la bannière chinoise. Alpine veut investiguer ces régions à fort potentiel. On aura aussi un pilote sud-américain à nos côtés. Le menu est vraiment sympa et on aura aussi plus de pass pour nos partenaires au Mans (rires)… Plus sérieusement, le plus important est qu'on va pouvoir travailler avec une base de données plus importante en échangeant avec nos deux voitures et nos six pilotes. C'est la vraie bonne dimension pour se bagarrer devant en LMP2."

Q : Deux nouvelles voitures, des nouveaux pilotes, ça fait aussi beaucoup de changements
PS : Oui il y aura beaucoup de paramètres à digérer. On a bien anticipé cela puisqu'on a les voitures (deux Oreca-05 qui seront préparées et renommées Alpine A460, NDLR) depuis l'automne dernier. Nous n'avons pas encore roulé mais on a bien appréhendé l'environnement technique de ces voitures. Sur le plan logistique et humain, on est bien dimensionné. Maintenant, le juge de paix c'est la piste. La tâche est important et il va falloir s'y atteler en y mettant tout son cœur."

Q : L'Oreca-05 est la voiture pour gagner en LMP2 ?
PS : "Indéniablement on a un bon paquetage technique. Très bon même. Après, fort heureusement, la valeur humaine intervient beaucoup dans le paramètre performance grâce aux mécaniciens, ingénieurs et pilotes. Le tout n'est pas seulement d'avoir la bonne voiture. Le travail de cet hiver nous a permis de rendre une bonne copie sur plusieurs paramètres. La voiture, je ne suis vraiment pas inquiet par rapport à ce qu'elle a fait l'année dernière, les évolutions et la meilleure maîtrise que mon équipe va en avoir."

Q : Vous avez la voiture vainqueur au Mans en 2015 mais aussi l'un de ses pilotes : Nicolas Lapierre.
PS : "C'était livré avec (rires). Il était resté dans l'auto. On est très heureux de l'accueillir. Nicolas Lapierre est un garçon qui connaît bien la voiture, qui connaît bien l'endurance et qui connaît bien notre équipe. On a fait deux années de F3 ensemble où on a été champions du monde. On a vécu des moments extraordinaires et c'est plus qu'un pilote qui est passé chez nous. C'est vraiment un mec bien. On a tous la banane à l'idée de retravailler avec lui."

Q : C'est un vrai plus pour l'équipe ?
PS : "Oui il va nous faire gagner du temps. C'est un garçon qui va inciter tout le monde à se lever plus tôt le matin. C'est une dynamique à lui seul."

Q : Une voiture sous bannière chinoise avec deux pilotes chinois, ça va la communication ?
PS : "J'ai la chance d'avoir des Chinois qui sont ouverts sur le monde et qui parlent mieux anglais que moi. Je vais surement progresser en anglais… Ils sont des attentes et des ambitions très affirmées donc on est bien en phase de ce côté-là."

Q : Entre briller au Mans ou lors de la saison du WEC vous choisissez quoi ?
PS : "L'an dernier je vous aurai dit Le Mans. Et puis on n'a pas terminé la course. Finalement on s'est bien remotivé sur la finalité qui était le championnat. L'objectif est d'être performant sur toutes les courses et répondre aux attentes de nos partenaires sportivement."

Q : La voiture doit rouler quand ?
PS : "Elle va rouler à la fin du mois puis nous aurons plusieurs séances importantes tout le mois de mars. On n'est pas vraiment dans les temps mais comme chaque année. La veille du premier roulage on ne va pas dormir comme la veille des 24 heures. On est toujours charrette mais on ferait un autre métier si ce n'était pas comme ça !"