Casey Stoner (Honda)
Casey stoner (Honda) | PAUL CROCK / AFP

Dans l'ombre de Stoner

Publié le , modifié le

Tous les feux seront braqués sur Casey Stoner lors du Grand Prix de France. L'Australien, qui a surpris tout le paddock en annonçant sa retraite à la fin de la saison, n'en sera pas moins le favori indiscutable de la course Moto GP sur le circuit Bugatti du Mans. Victorieux l'an dernier pour la première fois de sa carrière sur ce tracé, l'Australien devrait trouver sur sa route les deux rivaux, Dani Pedrosa et Jorge Lorenzo.

Stoner, Lorenzo, Pedrosa, un trio inséparable sur le podium. Un partage des honneurs que ces trois pilotes ont déjà réalisé à 16 reprises, un record depuis la création du championnat du monde de vitesse il y a une soixantaine d'années. "Le Mans est un circuit difficile avec de nombreux freinages et la moto doit être stable, posséder de bonnes qualités de traction et offrir des accélérations franches", a expliqué Pedrosa. "Par le passé, j'ai obtenu des victoires ici en 125 cc (2003) et 250 cc (2004, 2005) mais je n'ai jamais bien réussi en MotoGP et cela a créé un petit manque en moi que je dois combler", a prévenu le coéquipier de Stoner. En effet, à la différence de ses principaux rivaux, Pedrosa, actuel 3e du championnat du monde, n'est jamais monté sur la plus haute marche du podium dans la catégorie reine alors que Lorenzo a réussi un doublé (2009, 2010) et que Valentino Rossi a obtenu trois victoires sur trois motos différentes et huit podiums en dix ans.

L'embellie Rossi ?

Le nonuple champion du monde, en délicatesse avec sa Ducati depuis ses débuts l'an dernier sur cette machine, a une carte à jouer, a fortiori s'il pleut. Avec des résultats qui iraient plutôt en s'améliorant au fil de la saison - 10e au Qatar, 9e à Jerez et 7e à Estoril - Rossi semble avoir trouvé une base de réglages qui laisse entrevoir de nouvelles possibilités. L'Italien, dans le doute après sa saison 2011 sans victoire, doit rapidement réaliser de bonnes performances pour se relancer et ce week-end pourrait lui en donner l'occasion.

En CRT, motos semi prototypes dont le moteur est proche de la série, l'Australien Chris Vermeulen, ancien pilote de MotoGP et vainqueur au Mans en 2007, sous la pluie sur une Suzuki, remplacera l'Américain Colin Edwards (BMW-Suter) victime de multiples fractures de la clavicule gauche au Portugal après avoir été sorti de la piste par Randy de Puniet. En Moto2, l'Espagnol Marc Marquez (Suter), tentera de confirmer son succès obtenu l'an dernier sur le circuit Bugatti et en Moto3, la bagarre devrait de nouveau faire rage entre deux constructeurs, KTM et Honda, qui occupent les dix premières places.

Voir la video

Julien Lamotte