Al-Attiyah
La Qatari Nasser Al-Attiyah a remporté la première étape. | SEBASTIAN CASTAÑEDA / ANADOLU AGENCY

Dakar 2019 - Auto : Nasser Al-Attiyah impérial

Publié le , modifié le

Nasser Al-Attiyah (Toyota) n’a laissé aucune chance à ses adversaires sur le parcours de la première spéciale en s’imposant de façon magistrale devant l'Espagnol Carlos Sainz (Mini), relégué à 1 minute et 59 secondes sur la ligne d'arrivée de Pisco. Le pilote Qatari devient le premier leader du rallye !

Une véritable démonstration. Le pilote qatari Nasser Al-Attiyah a dominé la première épreuve du Dakar 2019 en avalant les 84 kilomètres de spéciale reliant les villes péruviennes de Lima à Pisco en 1 heure 01 minute et 41 centièmes. Deuxième du classement général l'an dernier, Al-Atiyah n'a laissé aucune chance à ses adversaires, reléguant l'Espagnol Carlos Sainz (Mini) à +1'59'' et le pilote polonais Jakub Przygonski (Mini) à 2 minutes. 

2019 est peut-être son année. Quoi qu'il en soit, le pilote de 48 ans y croit et signe un début de spéciale tonitruant avec le meilleur chrono au passage du WP1 : 38 secondes d'avance sur le champion en titre Carlos Sainz. Nasser Al-Attiyah, double-vainqueur de l'épreuve (2011 et 2015), qui reste surtout sur une deuxième place au général du Dakar, a continué à mener les débats à la mi-étape en augmentant son avance au fil des kilomètres de sable expulsé sous ses roues. Jusqu'à devenir le premier leader de la 41e édition du rallye. Pour son plus grand plaisir : "C'est toujours bien de gagner. Je suis content de la voiture, je suis satisfait, elle a progressé par rapport à l'année dernière. On connaissait le terrain, cela fait plusieurs fois que l'on passe par cette région, on savait où on allait. C'était parfait pour avoir un peu de vitesse, mais pas trop. Il ne fallait pas pousser. C'était le plan."

Sébastien Loeb relégué à plus de 6 minutes

Les favoris l'avaient promis : ils n'attaqueraient pas fort d'entrée. Et pas uniquement parce que le vainqueur de la première étape auto doit ouvrir la deuxième, sans profiter des traces des motos, qui partent traditionnellement en premier. Avec un plateau aussi relevé, il s'agit surtout de limiter les erreurs pour arriver en tête à Lima, le 17 janvier. En plus de ce fait de course, le Français Sébastien Loeb, pas dans son élément sur un parcours 100% sable, compte déjà 6 minutes et 7 secondes de retard. Il s'en explique : "Je ne suis pas parti à bloc. Le but, ce n'était pas de faire le meilleur temps. On est partis sur un rythme un peu safe, on va dire. Je ne voulais surtout pas faire d'erreur. C'était piégeux, il y a beaucoup de dunes cassées et je n'aime pas ça. J'étais vachement sur la défensive quand je n'avais pas de visibilité : je n'ai pas la lecture d'un Nasser (al-Attiyah, vainqueur de l'étape). Ce n'est pas mon terrain, je ne voulais pas faire le con."

Classement de la 1re étape :

1. Nasser Al-Attiyah/Matthieu Baumel (QAT/FRA/Toyota) 1 h 01:41.
2. Carlos Sainz/Lucas Cruz (ESP/ESP/Mini) à 1:59.
3. Jakub Przygonski/Tom Colsoul (POL/BEL/Mini) 2:00.
4. Vladimir Vasilyev/Konstantin Zhiltsov (RUS/RUS/Toyota) 2:18.
5. Yazeed Al Rajhi/Timo Göttschalk (KSA/GER/Mini) 2:28.
6. Giniel De Villiers/Dirk Von Zitzewitz (RSA/GER/Toyota) 2:40.
7. Stéphane Peterhansel/David Castera (FRA/FRA/Mini) 2:57.
8. Bernhard Ten Brinke/Xavier Panseri (NED/FRA/Toyota) 3:19.
9. Harry Hunt/Wouter Rosegaar (GBR/NED/Peugeot) 3:25.
10. Cyril Despres/Jean Paul Cottret (FRA/FRA/Mini) 4:25.