Peugeot 908 N.8 Spa source 06052011
La Peugeot 908 N.8 | DR

Audi en pole, Peugeot se loupe

Publié le , modifié le

Vingt minutes pour faire la différence, pas une de plus. Vingt minutes pour une pole aux 1000 km de Spa et les risques qui vont avec. Audi a dégainé le premier. Bien lui en a pris car l'énorme sortie de piste de la Oak-Judd N.15 a interrompu définitivement la séance, privant les Peugeot d'une réponse en piste. A partir trop tard, les 908 se sont faites piégées et partiront dans le trafic (N.7 et N.9). Sans temps officiel, la N.8 partira dernière.

Il restait 5'54" quand le couperet est tombé sur le stand Peugeot. Alors que tous les yeux étaient rivés sur les partiels de la voiture de Stéphane Sarrazin, le monsieur pole, c'est la couleur rouge qui s'est imposée aux pupilles. Un drapeau rouge ! De retour au stand, les trois 908 ont attendu le « restart » en vain. En regardant les écrans de télé, les mécanos avaient eux compris qu’il n’y avait aucun espoir. A l’image, une Oak-Judd détruite et des rails trop endommagés pour les réparer en quelques minutes. Audi aussi avait compris. Quelques cris de joie descendaient alors du box allemand jusqu’aux oreilles françaises. Même acquise dans des conditions particulières, cette pole position pour Bernhard-Dumas-Rockenfeller était la première pour la R18 et surtout la première depuis Silverstone l’an passé. Depuis l’apparition de la 908, Peugeot avait trusté plus de 90% des poles. L’exploit était de taille. Signe d’un changement d’ère ?

"La qualif, c’est loupé ! On a voulu partir un peu après pour utiliser un maximum de performances de la piste, a expliqué Franck Montagny, pilote de la N.8 et plutôt dépîté. On a oublié qu’il pouvait y avoir des drapeaux rouges et, ce qui devait arriver arriva, il y a eu un gros carton. Les qualifications étaient terminées et notre voiture n’avait même pas un tour chrono. En partant de la pit-lane (ndlr : la N.8 partira finalement dernier de la grille de départ), c’est quasiment un tour de retard avant le premier tour." Au Castellet, lors de la première manche des Le Mans Series, la Pescarolo aussi était parties des stands avant de s'imposer. Mais ni Audi ni Peugeot n'étaient présents... Le plus malheureux et le plus choqué restera Mathieu Lahaye du Oak Racing. Sa voiture est détruite et l’accident l’a profondément marqué. Sans blessure apparente, le pilote du team sarthois va passer quelques examens à l’hôpital de Verviers. Les pépins s’accumulent pour Jacques Nicolet qui avait déjà endommagé un proto lors de la journée test au Mans. A noter toutefois que la voiture est sortie après un contact avec Formula Le Mans N.93 du Genoa Racing.

Qualifications

1. Bernhard/Dumas/Rockenfeller (GER/FRA/GER/Audi R18 TDI) en 2:01.502
2. Fassler/Lotterer/Tréluyer (GER/GER/FRA/Audi R18 TDI) à 0.286
3. Capello/McNish/Kristensen (ITA/GBR/DEN/Audi R18 TDI) à 0.643
4. Lapierre/Duval/Panis (FRA/FRA/FRA/Peugeot 908 Hdi-FAP) à 3.980
5. Prost/Jani (FRA/SUI/Lola B10/60 Coupé Toyota) à 5.562
6. Amaral/Pla (POR/FRA/Zytec 09SC) à 5.788
7. Collard/Tinseau/Jousse (FRA/FRA/FRA/Pescarolo-Judd) à 6.026
8. Lahaye/Moreau/Ragues (FRA/FRA/FRA/Oak Pescarolo) à 6.227
9. Cortes/Geri/Piccini (ESP/ITA/ITA/Zytek 09 Hybrid) à 7.319
10. Leventis/Watts/Kane (GBR/GBR/GBR) à 8.514
...
13. Wurtz/Gené/Davidson (AUT/ESP/GBR/Peugeot 908) à 9.223
18. Bourdais/Pagenaud/Lamy (FRA/FRA/POR/Peugeot 908) à 10.606

50. Montagny/Sarrazin/Minassian (FRA/FRA/FRA/Peugeot 908) non classé