Rebellion n°3 24h du Mans 2019 nuit
Dans la nuit sarthoise, la Rebellion n°3 de Thomas Laurent a su se montrer opportuniste pour retrouver le podium. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Le point à mi-course (3h) : Statu quo chez Toyota, Rebellion profite du crash chez SMP Racing

Publié le , modifié le

3h00. Nous sommes à mi-course, et cette 87e édition des 24h du Mans semble rentrer dans une seconde phase : après les offensives, place à la gestion. Alors que Toyota mène toujours autant les débats en tête avec la n°7 juste devant sa soeur la n°8, les positions se sont plus ou moins figées à l'arrière. Rebellion Racing a profité d'un crash du côté de SMP Racing tandis que Porsche GT Team et AF Corse se sont détachés en GTE pro.

De notre envoyé spécial Quentin Ramelet

Comme quoi, il ne faut jamais prévoir quelque chose lors des 24h du Mans. Alors que les huit premières heures ont offert un spectacle grandiose, marquées par des offensives toujours plus impressionnantes et des interruptions provoquées par plusieurs crashs, la course a pris une toute autre tournure. Tout devant, les deux TS050 Hybrides de chez Toyota Gazoo Racing continuent de se remuer l'une et l'autre. Moins de dix secondes séparent la n°7 du trio Conway-Kobayashi-Lopez de la n°8 (Buemi-Nakajima-Alonso). Sauf incidents mécaniques évidemment, on peut commencer à dire que le constructeur japonais s'envole sereinement vers un doublé et un titre de champion du monde WEC.

SMP Racing se saborde, Rebellion surgit

Entre SMP Racing et Rebellion Racing, la donne a complètement changé ! La faute à un crash lourd de conséquences... Alors que la BR1 Engineering n°17 occupait la troisième place à plus de deux tours des Toyota, le pilote russe, Egor Orudzhev, est parti sévèrement à la faute, envoyant ainsi son bolide dans les barrières de sécurité au niveau de la piste de Karting. Résultat ? Impossible de repartir et voilà la Rebellion n°3 à nouveau sur le podium provisoire ! Nouvelle preuve que rien n'est jamais fini sur le circuit des 24h du Mans... Quelques heures plus tôt, Thomas Laurent s'était fait une sacrée frayeur. La nuit lui aura encore souri puisque le jeune Vendéen prendra son relai en troisième position avec un tour d'avance sur la BR1 Engineering n°11.

VIDEO - Le crash de SMP Racing

GTE pro : Porsche vs Ferrari

LMP2 - GTE pro : même combat ? Après une lutte énorme à huit voitures en GTE pro, il se pourrait bien que nous ayons trouvé un duo gagnant... Dans la deuxième catégorie, c'est sans aucun doute le cas puisque G-Drive Racing, avec sa Aurus 01 n°26, a enfin pris de l'avance (+1 tour) sur les Français de l'Alpine n°26. En GTE pro, on assiste toujours à un spectacle surréaliste mais cette fois, on a deux courses en une. Celle de l'avant où la Porsche n°92 tente de se défaire, tant bien que mal, de la Ferrari 488 n°51 du team AF Corse à moins de trois secondes. La nostalgie d'une époque d'antan où les deux célèbres constructeurs se battaient l'un contre l'autre ressurgit le temps d'une nuit mancelle déjà épique. 

La seconde course en GTE pro est toute aussi excitante. Six voitures - 3 Ford (n°68, n°69, n°67), 2 Porsche (n°91, n°93) et 1 Corvette (n°63) - se tiennent toujours dans un mouchoir de poche puisque seulement quinze secondes séparent la première au dernier de cette classe complètement dingue. Autrement dit, même si Porsche GT et AF Corse semblent tenir la corde en tête, rien n'est joué dans cette catégorie toujours aussi spectaculaire.

Keating Motorsports bien parti en GTE am

Du côté des GTE am, le team Keating Motorsports réalise jusqu'ici la course parfaite. Aucune panne mécanique, une gestion des relais parfaitement maîtrisée et un pilotage hyper efficace, bref, le trio Keating-Bleekemolen-Fraga, au volant de la Ford GT n°85, est prêt à aller au bout. D'ailleurs, la voiture de l'équipage américain compte plus d'un tour d'avance sur la Porsche 911 n°77 (Campbell-Ried-Andlauer) du team Dempsey-Proton Racing.