Thomas Laurent aux 24h du Mans 2019
Thomas Laurent avant le départ de la 87e édition des 24h du Mans. | JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

24h du Mans - Thomas Laurent s'engage avec Signatech Alpine pour la prochaine saison FIA WEC

Publié le , modifié le

Un nouveau défi et de nouveaux objectifs. Thomas Laurent (Rebellion Racing, Gibson n°3), seulement 21 ans mais déjà deux podiums dans la Sarthe, change de team et s'est engagé avec Signatech Alpine avec qui il participera au championnat du monde WEC FIA 2019-2020 en catégorie LMP2. Le constructeur français a annoncé la nouvelle ce vendredi en marge de la 87e édition des 24h du Mans.

De notre envoyé spécial Quentin Ramelet.

Décontracté, comme à son habitude, et plus souriant que jamais, Thomas Laurent n'a pas caché son grand plaisir à l'idée de rouler pour Signatech Alpine. Comme il nous l'a confié, "c'est clairement pour gagner" s'il a décidé de s'engager pour l'équipage qui vise la couronne mondiale en LMP2. En pourparlers depuis un bon moment avec Philippe Sinault, team manager de l'écurie française, le jeune pilote vendéen se lance donc dans une nouvelle aventure.

Et sans surprise, il est déjà excité de participer au championnat du monde WEC FIA où la lutte est rude autant en course que pour le titre : "Ce n'est pas un problème pour moi de passer de LMP1 à LMP2, nous a-t-il bien précisé. Il y aura un peu plus de bataille je pense. Ce sera forcément mieux pour moi. De se battre avec la même voiture que les autres, à armes égales, ça va être sympa et il va falloir faire la différence au niveau du pilotage." Champion du monde de karting à seulement 17 ans en 2015, le natif de La Roche-sur-Yon a déjà fait un bel étalage de ses talents au plus haut niveau de l'endurance. Et évidemment, ce n'est pas passé inaperçu.

"Le meilleur espoir français de l'Endurance"

Deuxième sur le célèbre tracé du Mans en 2017 et troisième l'an dernier, Thomas Laurent roule aussi vite qu'il apprend. Et pour Philippe Sinault, miser sur un jeune talent comme lui est une aubaine : "La relève sera assurée avec Thomas Laurent. Nous le suivons depuis longtemps puisque nous lui avions permis faire ses premiers tours de roues en LMP2 en 2016. L'occasion de travailler ensemble s'est présentée et nous sommes ravis de pouvoir compter sur le meilleur espoir français de l'Endurance." S'il va remplacer Nicolas Lapierre, parti "relever de nouveau défis", au volant de l'Alpine n°36, d'ici là, il devra déjà boucler en beauté la Super Saison avec cette "Super Finale" à l'occasion de la 87e édition des 24h du Mans.

"Cette année, ça va être encore pire dans le sens où on va vraiment être là". Le gosse du Château-d'Olonne prévient donc ses futurs coéquipiers de chez Toyota où il deviendra également pilote d'essais et de réserve à partir de la saison prochaine. Du coup, aucune chance de le voir faire un cadeau aux pilotes de la firme japonaise : "On va être présent et on sera attentif de la moindre bêtise de leur part. Et on sautera sur l'occasion !" La course à l'exploit est donc déjà lancée.