Le relais 4x200 féminin
Coralie Balmy, dernières relayeuse, retrouve ses copines Charlotte Bonnet, Camille Muffat et Mylène Lazare | AFP - FABRICE COFFRINI

Au bonheur des filles

Publié le , modifié le

En finissant sur la troisième marche du podium comme l'an dernier aux Jeux Olympiques, le relais 4x200m féminin s'est offert un grand bonheur collectif. Et pour l'une des premières fois de la semaine, Camille Muffat a retrouvé le sourire, avec sa deuxième médaille de bronze des Mondiaux.

Elles affichaient toutes un grand sourire. Même Charlotte Bonnet, pourtant contrainte de subir un contrôle anti-dopage après la course et donc d'abandonner ses copines après la cérémonie des médailles. "Ca fait très très plaisir. On a fait tout ce qu'on pouvait", glissait-elle rapidement. "C'est un très grand moment de partage", disait avec un immense sourire Mylène Lazare, qui n'avait nagé que les séries lors des Jeux, mais remplaçait cette fois Ophélie-Cyrielle Etienne. "C'était beaucoup d'émotions, avec tout ce public derrière nous, les 'Allez les Bleus' à la fin. C'était génial."

Cette deuxième médaille consécutive en compétitions planétaires apportait son lot de bonheur à Coralie Balmy: "Elle fait plaisir. On avait envie de retoucher le podium avec les filles après la médaille de Londres. On savait que ce serait très dur." Dernière relayeuse, elle a dû supporter la pression de ce dernier 200m: "Quand je pars en 4e, c'est un peu quitte ou double: se battre pour a médaille mais si on ne l'a pas, on prend tout sur soit." La délivrance est venue au moment où elle s'est retournée pour voir le classement: "Quand je touche, et qu'on est 3e, c'est vraiment extraordinaire. En plus il y a un public français énorme dans ce bassin. On n'a qu'une envie: être toutes les quatre ensemble, pour fêter ça à chaud, avec tous ces Français qui étaient présents. C'est extraordinaire." Camille Muffat, comme ses coéquipières, goûte ce plaisir, à l'aune du chemin parcouru: "Cela fait cinq ans que je suis dans ce relais. Ca fait plaisir de voir qu'avant, on faisait finale mais les médailles étaient vraiment compliquées. Chaque année on arrive à prouver qu'on est là, surtout derrière deux grandes nations comme les Etats-Unis et l'Australie. Même si on n'a pas encore autant de densité que les autres, on arrive à sortir quelque chose de bien." 

Elles réduisent l'écart

Les quatre filles ont pris le temps de se congratuler, formant un cercle et saluant les nombreux supporteurs tricolores: "C'était juste un moment de partage, un moment super collectif", confiait Mylène Lazare. Derrière cette médaille de bronze, il y a aussi un futur réjouissant: "Il y a de moins en moins d'écart. On est maintenant à une seconde des Australiennes. C'est très bon signe. On a un relais qui progresse vraiment beaucoup. On peut se bagarrer avec les meilleures mondiales", juge Coralie Balmy. "On va de plus en plus se rapprocher, et je crois qu'elles le savent", avance Lazare. "Le but c'est de progresser. On espère quatre filles à 1'55-1'56 comme les autres grandes nations, et six voire sept relayeuses pour pouvoir mieux gérer la semaine et arriver en finale en étant plus performantes", ajoute Camille Muffat.

Elles ont entre 18 et 26 ans, et ce bronze leur laisse bien des espoirs pour le futur. "Dans la tête, on a de plus en plus d'ambitions", précise Mylène Lazare. 

Vidéo: La finale du relais 4x200m nage libre