Channel 7 pistorius
La reconstitution de l'affaire Pistorius diffusée sur la chaîne australienne Channel 7 | Channel 7

Une reconstitution choc de l'affaire Pistorius

Publié le , modifié le

Une reconstitution vidéo du témoignage d'Oscar Pistorius, dans laquelle il interprète son propre rôle la nuit où il a tué son amie, a été diffusée dimanche en Australie, montrant des images choc de l'athlète handicapé marchant sur ses moignons.

Cette vidéo diffusée par la chaîne australienne Channel 7 épouse fidèlement  la thèse du champion paralympique sud-africain, jugé pour meurtre depuis le 3  mars à Pretoria. Depuis le début, il plaide non coupable et soutient qu'il a abattu Reeva  Steenkamp par accident en 2013 en croyant affronter un cambrioleur caché dans  ses toilettes, alors que l'accusation affirme qu'il s'est disputé avec elle. Dans la courte animation vidéo, on voit Pistorius se déplacer sur ses  jambes amputées, son arme pointée droit devant lui lorqu'il fait feu sur la  porte fermée des WC. C'est l'une des rares fois où on voit son corps handicapé. Il apparaît en  short et ses moignons de jambes ne sont pas cachés par un pantalon ou des  prothèses.

Dans un autre clip, il apparaît à l'image, toujours sur ses moignons,  reculant vers sa chambre à coucher, puis enfilant en catastrophe ses prothèses  avant de retourner au lieu de la fusillade porter secours à la victime. Sa soeur Aimée interprète le rôle de Reeva Steenkamp. La chaîne australienne n'a pas indiqué la provenance de la vidéo mais  interviewé son réalisateur, l'Américain Scott Roder. Celui-ci figure parmi les experts sollicités par la défense pour convaincre  que le meurtre était un accident.

Les images réalisées par la société de M. Roder, spécialisée dans les  reconstitutions en 3D, n'ont pas été montrées au tribunal à Pretoria. Et M. Roder, pressenti comme témoin de la défense, n'a pas été appelé à la  barre, alors que se tiennent ces jours-ci les dernières audiences. "Si l'on regarde les preuves, Oscar est clairement non coupable",  déclare-t-il sur Channel 7, dans ce qui apparaît comme une parfaite  reconstitution de l'appartement de Pistorius. L'émission australienne a été précédée d'un intense battage promotionnel  sur les réseaux sociaux, tandis que l'avocat de Pistorius, Brian Webber,  affirmait vouloir en empêcher la diffusion.

L'émission a donné aussi la parole à d'autres protagonistes, notamment les  parents Steenkamp et une amie de Reeva, et appelé les téléspectateurs à voter  en direct sur la culpabilité ou l'innocence de Pistorius. L'Australie abrite une importante diaspora sud-africaine blanche. Juste  après l'émission, 53% des votants ont conclu que Pistorius était coupable, 47%  innocent.

AFP