Clémence Calvin, lors des 10 km des Dix des Duc, le 21 octobre 2018
Clémence Calvin, lors des 10 km des Dix des Duc, le 21 octobre 2018 | Maxppp

Une enquête judiciaire ouverte contre Clémence Calvin

Publié le , modifié le

Une enquête a été ouverte par le Tribunal de Grande Instance de Marseille, à l'encontre de Clémence Calvin pour "infractions à la législation sur les produits dopants", a annoncé ce vendredi le parquet. La procédure visant la vice-championne d'Europe du marathon a été déclenchée après que cette dernière a battu le record de France sur 5 km, une performance non homologuée le 10 mars lors du semi-marathon de Paris (en 16 min 24 sec). Calvin n'avait étonnamment pas demandé de contrôle antidopage à l'issue de la course ce qui aurait permis une éventuelle homologation.

Les investigations ont été confiées au pôle santé publique du parquet de Marseille, a précisé à l'AFP le procureur de la République Xavier Tarabeux, confirmant une information de L'Equipe, qui précise que l'enquête a été ouverte le 22 mars. 

Suspendue provisoirement mercredi par l'Agence française de lutte contre le dopage pour s'être soustraite à un contrôle inopiné à Marrakech le 27 mars, l'athlète de 28 ans a fait une demande d'annulation de cette suspension devant le Conseil d'Etat. Cette requête doit être examinée ce vendredi. Clémence Calvin risque quatre ans de suspension, tout comme son mari, Samir Dahmani, qui se voit reprocher d'avoir fait obstruction aux contrôleurs de l'AFLD.

Rentrée du Maroc en France mardi, l'athlète a expliqué le lendemain lors d'une conférence de presse que les contrôleurs l'avaient agressée et s'étaient présentés comme des policiers, un récit fermement réfuté par l'AFLD. L'athlète dit avoir porté plainte au Maroc pour "violences et menaces" et assure n'avoir jamais pris la fuite. Un porte-parole de la police marocaine a confirmé à l'AFP qu'elle avait bien déposé plainte à Marrakech "pour des faits de violence qui remontent au 27 mars". Selon un document consulté par l'AFP, la plainte a été déposée ce lundi 8 avril, ce qu'a confirmé son avocat Me Arnaud Péricard.

France tv sport francetvsport