Oscar Pistorius
Oscar Pistorius | AFP

Une dernière audience pour Pistorius

Publié le , modifié le

Le champion paralympique sud-africain Oscar Pistorius, accusé du meurtre de sa petite amie, est arrivé vendredi au tribunal de Pretoria pour ce qui devrait être la dernière audience de la procédure décidant d'une éventuelle libération sous caution, a indiqué un photographe de l'AFP sur place. L'athlète est arrivé vers 07H30 (05H30 GMT) au tribunal d'instance, la tête cachée par une veste.

L'audience doit démarrer à 10H00 (08H00 GMT), et le juge Desmond Nair  devrait avant la fin de la journée décider s'il remet, ou pas, Pistorius en  liberté sous caution. Il pourrait aussi remettre sa décision à la semaine prochaine, selon des médias sud-africains. Oscar Pistorius, 26 ans, a été inculpé du meurtre de Reeva Steenkamp, un mannequin de 29 ans qu'il fréquentait depuis novembre et qu'il a abattu de quatre coups de feu aux premières heures de la Saint-Valentin. Il dit l'avoir prise pour un voleur caché dans les toilettes.

L'avocat de la défense Barry Roux s'est employé depuis mardi à  décrédibiliser le sérieux de l'enquête, dont le responsable Hilton Botha a été  remplacé au pied levé jeudi quand on a appris qu'il était lui-même accusé de  sept tentatives de meurtre, pour avoir tiré sur un taxi collectif alors qu'il  poursuivait des suspects en 2011. L'accusation, au contraire, doute de l'alibi du sportif, estimant qu'il  s'était disputé avec sa petite amie juste avant les faits et se demandant en  particulier pourquoi la victime aurait pris avec elle deux téléphones portables --retrouvés par terre sur les lieux du crime-- pour aller aux toilettes à 03H00 du matin.

Le procureur Gerrie Nel se demande aussi pourquoi Pistorius ne l'a pas  réveillée, ou ne s'est pas assuré de sa présence, alors qu'il s'est précipité pour prendre son arme sous le lit, se sentant en danger après avoir perçu un  bruit dans les toilettes. La procédure en cours au tribunal d'instance de Pretoria a uniquement pour  objet de décider si Pistorius doit attendre en prison le procès sur le fond de  l'affaire qui n'est pas attendu avant plusieurs mois, c'est-à-dire s'il  constitue un danger sur la société et/ou s'il pourrait fuir la justice de son pays. La plupart des analyses des pièces à conviction et des expertises balistiques et psychiatriques ne sont pas encore disponibles.

AFP