Teddy Tamgho 072010
Teddy Tamgho | AFP - Emmanuel Dunand

Tamgho dans l'histoire

Publié le , modifié le

Teddy Tamgho n'en finit plus d'exploser les records du triple saut. Samedi à New York, le Français s'est envolé pour retomber à 17,98m, nouveau record national. Mais le champion du monde en salle devient surtout le 3e performeur de l'histoire derrière Jonathan Edwards (18,29m) et Kenny Harrison (18,09m). Le tout à bientôt 21 ans seulement.

En voyant le résultat de son 6e et dernier essai sur letableau officiel du stade de New York samedi, Tamgho a fait la moue en montrantdeux doigts désolés au public. Ses deux doigts levés correspondaient aux 2 cm qui lui manquaient pour rejoindrele Britannique Jonathan Edwards (18,29 m) et l'Américain Kenny Harrison (18,09 m) dans le clan des 18 mètres, une mesuremythique. Et pourtant, face à l'île de Manhattan, le Français a confirmé sonimmense potentiel, lui qui fêtera seulement ses 21 ans mardi.

 " J'ai fait 17,98 m, c'est bien maisc'est dommage car c'est à deux centimètres de la légende. Et le saut est encoreimparfait. J'ai encore beaucoup de marge dans ma course d'impulsion", s'est-ilexclamé à l'issue de son concours, persuadé qu'il a "encore de grandes légendes à battre." Le natif deMontreuil devra "se contenter" du nouveau record de France, de latroisième performance de l'histoire et de la meilleure performance de l'annéequ'il détenait déjà (17,63m). Excusez du peu.

La soirée s'annonçait sous de bons auspices pour le Français."A l'échauffement je me sentaisplutôt bien", explique-t-il. Et cet échauffement a donné le ton d'unconcours impressionnant. Un concours certes difficile à démarrer avec un sautde mise en route (16,47m) et un suivant mordu. Puis, la machine s'est mise enroute pour renvoyer la concurrence à ses études: 17,61 m, 17,60 m, 17,84 m (alors meilleureperformance de la saison), puis un bond pour l'histoire, le tout avec un ventnormal (+1,2m/s). Le champion du monde en salle et champion du monde juniors2008 efface ainsi son record personnel (17,90m) et entre dans une nouvelledimension qu'il n'a pas fini d'explorer. Son changement d'entraîneur en mai (Laurence Bily a remplacé Jean-Hervéé Stievenart) a sans doute eu l'effet escompté.