Renaud Lavillenie porté aux cieux

Renaud Lavillenie porté aux cieux

Publié le , modifié le

La presse nationale et régionale de dimanche rivalise de jeux de mots pour célébrer l'exploit de Renaud Lavillenie qui a battu hier avec un saut à 6,16 m le record du monde de saut à la perche en salle, vieux de vingt et un ans et détenu par Sergueï Bubka.

Ouest-France souligne donc "l'exploit" de Renaud Lavillenie qui "pas effrayé par un record du monde qui restait inviolé depuis 21 ans, a franchi 6,16 m hier à Donetsk." Le Journal du Dimanche lui voit dans la performance de Lavillenie "perché à  6,16 m", "l'un des plus grands exploits du sport français" qui le fait "entrer dans la légende." 

"Exploit monumental"

"Perché !", c'est le titre de l'Equipe qui parmi "ces classiques":  "légendaire, historique, énorme, monumental, mythique, extraordinaire", laisse  au lecteur le choix. "Il est allé si haut qu'il nous a propulsés en apesanteur et privés d'oxygène", ajoute le quotidien sportif qui comme toute la presse  française est empli de bonheur après cette performance et sous le charme du  sportif. "Le champion olympique français a signé un exploit monumental", reconnaît  également Le Parisien Dimanche. Il a réussi "un incroyable saut" qui fait de  lui "l'homme le plus haut du monde", le place "au sommet" et lui permet  "d'entrer dans l'histoire." "Dans la légende", pour Nice-Matin.

"Dans les étoiles"

Sud-Ouest et Les Dernières Nouvelles d'Alsace abondent dans le même sens en titrant à la Une : "Historique". Pour Corse-Matin, "Lavillenie plane à 6,16 m"  Pour le Courrier picard, le  Français "s'est envolé à 6,16 m" pour se hisser "sur le toit du monde", assure  la Nouvelle République du Centre-Ouest. L'Est éclair, Libération champagne, Le Courrier de l'Ouest, La Dépêche ou  encore La Marseillaise avec "Lavillenie  dans les étoiles", célèbrent en Une la  performance du Français, champion olympique et champion en salle en 2012, et  depuis hier détenteur du record du monde de saut à la perche. "Il a fait vibrer les Français", conclut Le Parisien. 

Gilles Gaillard