Renaud Lavillenie battu à Nancy avec une barre à 5.51m

Renaud Lavillenie battu à Nancy avec une barre à 5.51m

Publié le , modifié le

Dans des conditions climatiques rendues difficiles par un orage avant le début du concours du saut à la perche, Renaud Lavillenie s'est arrêté à 5,51 mètres mercredi lors du meeting Athlé Pro Tour de Nancy. Il a été battu par Kevin Menaldo, qui a franchi une barre à 5.71m. Pierre-Ambroise Bosse a manqué de rythme sur 800 m, et n'a donc pas réalisé les minima pour les championnats du monde de Londres.

Renaud Lavillenie s'est incliné au Meeting Stanislas, battu par son compatriote Kevin Menaldo. La barre à 5,71 m était trop haute pour le vice-champion olympique de la perche à Rio, alors que Menaldo l'a franchie à son premier essai, avant d'échouer trois fois à 5,86 m. La soirée avait commencé par un gros orage, détrempant la piste nancéienne et rendant le sautoir de la perche assez glissant. "Forcément, c'est plus compliqué, après, j'aurais pu m'en sortir un peu mieux. Mais la perche fait que parfois ça ne veut pas. Je suis forcément frustré, parce que je rate de peu", a expliqué Lavillenie après son concours. "Il n'y a rien de dramatique, l'important, c'est que je ne sois pas blessé, que je peux continuer ma préparation", a tenté de relativiser le détenteur du record du monde (6,16 m). "Je préfère que ça m'arrive ici à Nancy fin juin, que dans quelques semaines sur de plus grosses expériences. Il y a encore de quoi avancer", a-t-il ajouté. Dans son viseur, forcément les Championnats du monde de Londres (4-13 août), pour le titre mondial qui manque à son palmarès (une médaille d'argent et trois de bronze).

Une des autres têtes d'affiche de l'athlétisme français, le demi-fondeur Pierre-Ambroise Bosse, était présent, pour son retour sur les pistes. Quatrième des JO-2016 à Rio, Bosse visait les minima pour les Mondiaux-2017, à savoir 1:45.60. C'est raté, avec un chronomètre de 1:46.47 et une 5e place dans l'est de la France. "C'est dommage, mais ce ne sont pas des charlots devant, il y a un mec qui bat Rudisha à Kingstown", a expliqué Bosse. C'est le Kényan Willy Tarbei, vainqueur du double champion olympique Rudisha il y a deux semaines et demie en Jamaïque, qui s'est imposé à Nancy. "J'avais besoin d'une course pour me débrider. Pour griller les étapes, il n'y a qu'une chose à faire, enchaîner les courses", a estimé le Français, qui a été retardé dans sa préparation pour Londres. Il s'est blessé début mai avec une déchirure musculaire au niveau du fessier, qui a reporté de trois à quatre semaines sa rentrée.

francetv sport @francetvsport