Racisme: Sanctionnée pour avoir levé le poing lors d'une cérémonie, Gwen Berry, une athlète américaine, réclame des excuses à son comité olympique

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
L'Américaine Gwen Berry lors des Mondiaux de Doha 2019
L'Américaine Gwen Berry lors des Mondiaux de Doha 2019 | AFP - ANDREJ ISAKOVIC

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La lanceuse de marteau Gwen Berry, sanctionnée par le Comité olympique et paralympique américain l'an passé pour avoir protesté contre l'injustice raciale lors d'une compétition, a demandé des excuses à l'instance, qui a dénoncé les violences policières racistes après la mort de George Floyd.

"Je veux une lettre d'excuses ... envoyée par la poste ... tout comme celles que vous et le Comité olympique international M'AVEZ ENVOYEES LORSQUE VOUS M'AVEZ IMPOSE UNE PERIODE DE PROBATION. Arrêtez de jouer avec moi", a déclaré mardi Gwen Berry sur Twitter.

Âgée de 30 ans, Gwen Berry a ainsi réagi à la lettre adressée aux athlètes américains par la directrice générale de l'USOPC, Sarah Hirshland, qui confiait ressentir un "sentiment de désespoir" en voyant la scène tragique du policier blanc appuyant son genou sur le cou de cet homme noir, il y a huit jours à Minneapolis.

"Nous condamnons absolument l'inégalité systémique qui affecte de manière disproportionnée les Noirs américains aux Etats-Unis", a écrit Hirshland. "Cela n'a pas sa place dans notre communauté ni dans aucune autre. Il est clair qu'il n'y a pas de forces aussi nuisibles et dégradantes que le racisme et la marginalisation pratiqués par certains occupant des postes d'autorité."

Hirshland, soulignant que "l'apathie et l'indifférence ne sont pas des solutions", avait annoncé que l'USOPC avait prévu d'organiser un forum vendredi pour donner aux athlètes américains l'occasion de "s'écouter les uns les autres, d'apprendre les uns des autres et de se soutenir mutuellement". Des mots qui n'ont absolument pas convaincu Gwen Berry, sanctionnée par l'USOPC en août 2019 pour avoir levé le poing lors d'une cérémonie de remise des médailles aux Jeux panaméricains de Lima, afin de protester contre l'injustice raciale.

Mise à l'épreuve pour douze mois, avec le risque encouru d'une sanction plus sévère si elle répétait un tel acte, Berry a dit à Sports Illustrated que cela lui avait coûté environ 50.000 dollars de pertes de revenus provenant des sponsors, mais qu'elle se sentait finalement "comprise".

"Quand j'ai pris position, c'était à un moment où les choses se passaient, mais rien n'était fait. Maintenant, j'ai l'impression que tout le monde ressent ce que je ressentais", a-t-elle déclaré.

AFP