Quand les coureurs du cœur effectuent le marathon de Paris depuis leur domicile

Publié le , modifié le

Auteur·e : Antoine Limoge
Thibaut devant son garage avec son marathon à domicile
Thibaut devant son garage avec son marathon à domicile | DR

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Plus de 70 coureurs solidaires devaient parcourir les 42,195km du marathon de Paris ce dimanche mais il a été reporté en raison du confinement mis en place par le gouvernement. Ces athlètes professionnels ou amateurs devaient être présents pour porter les couleurs de l'Association Mécénat Chirurgie Cardiaque. Finalement ces coureurs ont quand même décidé de se mobiliser en réalisant cette course depuis leur domicile, leur jardin ou encore leur garage.

Le marathon de Paris a donc été décalé au 18 octobre prochain. Mais en cette période de crise du coronavirus, l'Association Mécénat Chirurgie Cardiaque a eu l'idée de réaliser quand même cette course avec les coureurs du cœur. 70 volontaires se mobilisent pour courir pour les enfants malades. Cette fois ce n'est pas sur le bitume parisien mais sur leur pelouse, dans leur salon ou bien encore dans leur garage que ces athlètes vont affronter les 42,195km. "Même si nous on souffre un peu du confinement, on ne pouvait pas abandonner les enfants en cette période. Donc il fallait quand même courir pour eux", justifie Thibaut, un des coureurs du cœur.

Chaque coureur du coeur met en place une cagnotte qu'il essaye de porter toute l'année et il doit la remettre juste avant le marathon de Paris. Actuellement les quelques 70 athlètes qui se battent pour cette cause ont réussi à récolter la bagatelle de 42 000 euros qu'ils verseront à Mécenat Chirurgie Cardiaque. Ce dimanche, chacun d'entre eux se retrouvera seul pour effectuer un marathon à son domicile. Mathis, 19 ans, réalisera sa première course en faveur de l'association. Le jeune homme est vernis par rapport à certains de ses camarades puisqu'il pourra courir dans son jardin. "J'ai de la chance puisque je vais pouvoir réaliser ce défi dans mon jardin d'une vingtaine de mètres. Je serais dans un espace assez grand et à l'air libre c'est top pour un premier marathon", explique le jeune volontaire. Au contraire de Thibaut qui lui n'a pas d'espace vert à sa disposition. "Pour moi ce sera mon garage. J'ai beaucoup réfléchi au lieu du défi mais je pense que le mieux pour moi c'est ça. Dans mon salon, je vais vite tourner en rond et au moins dans mon garage c'est du bitume. Ce sera comme si j'étais sur les rues parisiennes", s'amuse le commercial dans les compléments alimentaires. 

Une préparation compliquée pour certains à cause du confinement 

La préparation des deux coureurs a été différente. Thibaut privilégie lui la préparation mentale . "J'ai arrêté de courir pendant au moins un mois à cause du confinement. J'ai repris le physique il y a à peine 10 jours. Le mental est primordial pour réussir un marathon et je m'en rends compte vu que c'est le 8e que je vais tenter. Je me concentre donc sur les enfants. Je les imagine heureux après leur opération. C'est ça la plus belle des victoires." Au contraire de Mathis, l'étudiant en sciences politiques, s'est concentré sur un entraînement physique. "Physiquement je me sens bien. Grâce à la mesure de confinement qui autorise à courir à 1 kilomètre autour de chez soi, j'ai pu continuer mes entraînements. Je fais des footings dans ma rue où je ne croise personne. Tous les jours je cours de plus en plus vite et de plus en plus longtemps. C'est la seule manière de progresser pour être fin prêt pour un marathon", raconte  le novice en la matière avant d'ajouter : "J'ai aussi augmenté fortement mon renforcement musculaire. Je veux être au top dimanche.

Une appréhension de tourner en rond 

La difficulté de ce marathon exceptionnel c'est bien entendu de ne pas courir sur une route mais sur un environnement différent et quasiment clos. "J'ai déjà fait quelques tests dans mon garage. Il va me falloir une bonne imagination et une bonne dose de musique pour je tienne. Il ne va pas falloir que je regarde ma montre non plus parce que sinon je vais avoir la tête dans le seau à chaque tour de garage je n'aurais parcouru qu'une vingtaine de mètres. Il faut essayer de fermer les yeux et de s'imaginer qu'il y a du monde à côté de moi qui m'encourage", confie Thibaut. Sa principale appréhension est aussi la peur de s'arrêter. "Lorsqu'on court dans un petit espace, on réduit son rythme de course, il ne va pas falloir que je m'arrête. Je sens que ça va être une course très compliquée", témoigne le sportif de 28 ans. Mathis est aussi dans le doute. Pour son premier marathon, le jeune étudiant s'attend lui aussi à une épreuve des plus difficiles. "Je n'ai jamais couru aussi longtemps. Le terrain aussi m'inquiète. Même si je suis prêt physiquement, il faut que je fasse attention à ne pas me fouler la cheville sur ma pelouse.

Ces coureurs du coeur ne seront pas seul dans cette épreuve. Thibaut pourra compter sur le soutien de son frère présent dans sa maison lors de la course. "Si j'ai faim ou soif, je crierais pour que mon frère débarque. J'ai déjà préparé mon ravitaillement mais on sait jamais. Et c'est mieux de ne pas être seul." Quand à Mathis c'est sur Internet qu'il espère trouver du soutien. "Je lancerais un live sur Facebook pendant ma course. J'aurais au moins le sentiment d'être entouré et surtout cela me motivera pendant ces 4 heures d'épreuve." assure-t-il. 

Pour ces 70 coureurs, ce marathon si spécial débute dimanche dès 9h. Pas de grandes trajectoires, pas de passage devant de magnifiques monuments, mais le dépassement de soi. Pour d'autres.

Antoine Limoge