Sebastian Coe
Sebastian Coe, le président de l'IAAF demande un report des JO de Tokyo | AFP

Pour "l'intégrité des compétitions" et la "santé des athlètes", Sebastian Coe demande un report

Publié le , modifié le

Sebastian Coe a rendu sa copie. Dans une lettre adressée au président du CIO Thomas Bach il demande officiellement un report des prochains jeux olympiques à Tokyo. Et les arguments du président de la Fédération internationale d’Athlétisme (IAAF) ne manquent pas.

Ce tour de piste-là, Sebastian Coe l’a couru seul, en éclaireur. Lors de la conférence téléphonique avec le CIO la semaine dernière, l’Anglais avait demandé aux différents dirigeants et membres des instances internationales dans le sport d’évaluer l’impact du Covid-19 sur les fédérations nationales et les athlètes de leur pays. Coe a lui pris le pouls sur la planète athlétisme et renvoie dans sa missive à Thomas Bach un "avis unanime chez nos membres" sur le fait "qu'organiser les Jeux cette année en juillet n'est ni faisable ni souhaitable", avant de demander officiellement un report de cette olympiade.

Le Président de l’IAAF met tout d’abord en avant "le problème de l’équité sportive" en raison des confinements qui touchent de nombreux athlètes à travers le monde. "Si on touche au niveau des athlètes, alors on perd l’intégrité de la compétition. Personne ne veut cela. Ni les athlètes, ni les fans." Le deuxième argument de Coe est "le risque accru des blessures" à cause du retard dans la préparation que les athlètes voudront combler une fois le confinement levé.

Un niveau d’angoisse élevé

Face à cette situation exceptionnelle et particulièrement anxiogène,  Coe craint aussi pour la santé mentale des athlètes. "L'incertitude autour des Jeux, couplée à la volonté qui anime tous les athlètes d'y exceller, provoque une vraie angoisse que nous pouvons, collectivement, stopper", écrit-il. Pour y mettre fin, il n’y a qu’une voie, celle du report. "Je crois que ce moment-là est venu et que nous devons à nos athlètes ce répit." La balle est désormais dans le camp du CIO et son président Thomas Bach.