Oscar Pistorius en larmes au tribunal
Oscar Pistorius en larmes lors de sa comparution au tribunal | SIPA - AP - ANTOINE DE RAS

Pistorius présenté au juge ce matin

Publié le , modifié le

Oscar Pistorius, l'athlète sud-africain amputé des deux jambes célèbre pour avoir participé aux JO des valides à Londres, est présenté ce vendredi à un juge pour la première fois après le meurtre de sa petite amie à Pretoria. La tête recouverte par une couverture, l'homme est entré dans le tribunal et dans une salle d'audience pleine à craquer où de nombreux proches de l'athlète ont pris place, il a fondu en larmes au moment de son inculpation pour meurtre. Le parquet souhaiterait requalifier l'affaire en "meurtre avec préméditation". Dans un communiqué, sa famille indique qu'il réfute "dans les termes les plus vifs" l'accusation de meurtre.

Inculpé de meurtre

Star dans son pays, légende de l'athlétisme mondial et exemple pour des  millions de jeunes sportifs, Oscar Pistorius, 26 ans, a été inculpé du meurtre  de Reeva Steenkamp, 30 ans, blonde et pulpeuse mannequin qu'il fréquentait  depuis novembre. Après une première nuit en détention préventive, le sportif doit se voir signifier les charges pesant contre lui par un magistrat du tribunal d'instance  de Pretoria, où l'audience doit débuter à 10h00 (08h00 GMT) sous l'oeil des  caméras du monde entier. Deux voitures de police sont arrivées devant le tribunal avec le sportif  assis sur la banquette arrière d'un des véhicules, la tête recouverte par une  veste tandis qu'un policier tentait de le cacher avec un livre, a indiqué l'agence Sapa. De nombreux proches de l'athlète sont présents,  observant le plus strict mutisme à l'égard de la presse, mais visiblement  anéantis par le drame. Une femme, apparemment membre de la défense de Pistorius, est venu murmurer  à l'oreille des proches du sportif sud-africain, disant qu'il avait soif, avant  de repartir avec une bouteille d'eau.

Tête basse et en larmes dans la salle d'audience

L'athlète, vêtu d'un costume noir sur une chemise bleu ciel, est apparu  effondré, en pleurs, se couvrant le visage et fixant le sol tandis que l'acte  d'accusation lui était lu. Des membres de sa famille ont pu s'approcher de l'accusé et lui prodiguer  des tapes dans le dos pour le réconforter. Environ 150 personnes, proches,  médias, hommes de lois, remplissent la salle, qui ne compte qu'une cinquantaine de places assises. Le juge a suspendu l'audience après 45 minutes et l'a renvoyée à mardi pour donner "le temps pour la défense de faire des recherches et d'être en meilleure posture pour plaider", selon le juge Desmond Nair. L'athlète reste incarcéré d'ici-là dans un commissariat de Pretoria, malgré la demande de ses avocats de le transférer ailleurs, rejetée par le juge qui n'a pas vu de raison de lui réserver un traitement de faveur. Et ses avocats demanderont sa libération sous caution lors de la prochaine audience, alors que le parquet s'apprête à demander à requalifier l'affaire en "meurtre avec préméditation". S'il était reconnu coupable de tels faits, il encourrait la perpétuité.

Pistorius conteste le meurtre

Deux heures après, sa famille et son agent indiquaient: "Oscar Pistorius a comparu en justice ici à Pretoria ce matin (vendredi)  (et a été) formellement inculpé du meurtre de Reeva Steenkamp. Ce prétendu  meurtre est contesté dans les termes les plus vifs". Et de poursuivre: "Les avocats représentant l'athlète ont demandé un renvoi de la procédure  de demande de libération sous caution jusqu'à mardi afin d'avoir du temps pour  conduire leur propre enquête concernant les circonstances de la tragédie." Oscar Pistorius "a clairement précisé qu'il voulait faire part de sa  profonde sympathie à la famille de Reeva. (...) Nos pensées et prières doivent  aller aujourd'hui à Reeva et à sa famille, quelles que soient les circonstances  de cette terrible, terrible tragédie"

La police exclut la thèse de l'accident

Au stade actuel de l'enquête, la police a établi que la victime a été  touchée de quatre coups de feu, à la tête et à la main, tirés par un pistolet 9mm appartenant à Oscar Pistorius. L'heure exacte du drame n'est pas établie. La police, appelée par des  voisins vers 04h00 du matin (02h00 GMT), a exclu la thèse d'un accident,  avancée dans un premier temps par la presse locale, soulignant qu'elle avait  été destinataire par le passé de rapports faisant état de disputes familiales  au domicile de l'accusé". "de nombreux experts ont été impliqués dans l'enquête" de police au domicile de Pistorius où a eu lieu le drame, a précisé à l'AFP la porte-parole  Katlego Mogale. "La police a terminé son travail sur le lieu du crime jeudi  après-midi", a-t-elle ajouté, sans révéler la nature des preuves découvertes  sur place. Le corps de la jeune "Reeva sera remis à sa famille pour les obsèques dès que les experts auront terminé l'autopsie, demain ou la semaine prochaine, nous  ne savons pas combien de temps cela prendra, nous attendons le rapport", a ajouté Mme Mogale.

Pistorius, une figure des JO

Oscar Pistorius, surnommé "Blade Runner" en raison des deux lames en  carbone en forme de pattes de félin avec lesquelles il court, est entré dans  l'histoire de l'athlétisme mondial aux jeux Olympiques de Londres, en devenant  le premier champion paralympique double amputé à s'aligner dans les épreuves pour valides, allant jusqu'en demi-finales. Quelques jours plus tard, il a remporté l'or sur le 400 m paralympique. Quatre ans auparavant à Pékin, le sud-africain avait glané trois médailles  d'or, sur 100, 200 et 400m paralympiques. C'était l'apogée d'une vie loin d'être facile (lire "Pistorius, l'Oscar du drame")

AFP