Oscar Pistorius
Oscar Pistorius | ALEXANDER JOE / AFP

Pistorius: "Pas l'intention de tuer"

Publié le , modifié le

Oscar Pistorius, accusé d'avoir tué sciemment sa petite amie Reeva Steenkamp la nuit de la Saint-Valentin 2013, a admis avoir "fait une erreur", mais a maintenu mercredi à la barre qu'il n'avait pas eu l'intention de la tuer.

Revenant sur les minutes ayant précédé le meurtre, son avocat lui a  demandé: "M. Pistorius, est-ce que vous avez eu l'intention à quelque moment  que ce soit de tuer Reeva ?". "Je n'avais pas l'intention de tuer Reeva, madame le juge, ni qui que ce  soit", a répondu l'athlète, concluant deux jours et demi de déposition guidé  par son avocat. Une minute plus tard, la parole passe au procureur Gerrie Nel qui est parti  à l'attaque dès la première question, cherchant à faire dire à Pistorius qu'il  avait tué Reeva.

"J'ai fait une erreur", a admis ce dernier. "Vous avez fait une erreur?  Vous avez tué quelqu'un, c'est ça ce que vous avez fait!", lui a lancé le  procureur Gerrie Nel, très remonté. "Vous avez tiré et l'avez tuée, et vous ne  voudriez pas assumer votre responsabilité pour ça ?". Oscar Pistorius a répété qu'il avait fait une erreur, et souligné: "Je suis  humain. Je suis ici pour dire la vérité", avant que M. Nel ne lui propose de  diffuser une vidéo de la chaîne britannique Sky News le montrant en train de  tirer à bout portant sur une pastèque.

Audience suspendue

Le défenseur de Pistorius a aussitôt objecté et accusé le parquet de lui  "tendre un piège", en présentant des éléments de preuve non versés au dossier:  "Nous avons des droits constitutionnels. Le parquet doit nous montrer ce que  c'est avant", a protesté, énergiquement, Me Roux. "Ce n'est pas dans mon dossier mais (...) c'est dans le domaine public.  J'ai demandé à l'accusé s'il voulait le voir (et il a dit oui). Cela ne fait  pas partie de mon dossier, cela fait partie de mon interrogatoire", a rétorqué  le procureur, avant que la juge ne suspende l'audience pour voir comment  trancher la dispute.

AFP