Pistorius tribunal 18022013
Oscar Pistorius au tribunal | AFP

Pistorius: la défense nie le meurtre, le parquet plaide la préméditation

Publié le , modifié le

Présenté devant le juge, Oscar Pistorius a entendu le procureur Gerrie Nel soutenir la thèse du meurtre prémédité, en expliquant: "Oscar Pistorius s'est levé, a mis ses prothèses, marché 7m et a tiré". Et d'ajouter: "Pourquoi un voleur irait s'enfermer dans la salle de bain ?" Barry Roux, l'un des avocats de l'athlète, a pour sa part répondu: "Nous soutenons qu'il ne s'agit même pas d'un meurtre". Le juge a suspendu la séance après 1h de débats.

Après sa première comparution vendredi, Oscar Pistorius a débuté les deux journées les plus importantes de sa vie. Dans les 48h, il en saura beaucoup plus sur son avenir. Et il en connaît l'importance. Interrogé par le juge sur son état psychologique au début de l'audience, Oscar Pistorius a de nouveau éclaté en sanglots. 

Et le procureur, Gerrie Nel, a rapidement placé le débat sur le plan de la préméditation, une requalification que les forces de police avaient déjà évoquée ces derniers jours et qui pourrait coûter la perpétuité à l'athlète. "Oscar Pistorius s'est levé, a mis ses prothèses, marché 7m et a tiré", a-t-il relaté au sujet de cette nuit sanglante, à quatre reprises dont trois fois à travers la porte de la salle de bain fermée. Des arguments pour mieux rejeter la thèse avancée initialement, à savoir qu'il aurait pris sa petite amie, Reeva Steenkamp, pour un voleur. "Pourquoi un voleur irait s'enfermer dans la salle de bain ?" Et d'ajouter: "Il n'y avait que deux personnes dans cette maison. Pourquoi n'a-t-il pas demandé: 'Où est ma petite amie ?'". En revanche, il n'a pas évoqué la batte de cricket ensanglantée, dont la presse parlait ces dernières heures. "Si je prends une arme, que je me déplace et tue une personne, il s'agit de préméditation", a-t-il expliqué. "La porte est fermée. Cela ne fait pas de doute. Je marche sept mètres et je tue. La raison est que je veux tuer. Voilà tout".

L'avocat de Pistorius nie le meurtre​

Pour cette première audience avec une défense en ordre de marche, les avocats d'Oscar Pistorius ont répondu, par la voix de Barry Roux: "Vivre dans un complexe sécurisé vous donne une fausse impressionne de sécurité. Les meurtres arrivent là tout le temps." Un argument que la défense compte développer pour prouver que d'autres cas similaires se sont déjà déroulés. "Comment l'état peut savoir qu'il a mis ses prothèses, marché jusqu'à la salle de bain et tiré avec son pistolet ? Y avait-il un témoin ?" Mais lorsque l'avocat déclare qu'Oscar Pistorius ne savait pas que Reeva était derrière la porte de la salle de bain, l'athlète se décompose, comme à chaque fois que le nom de son ex petite amie est cité. Il aura une nouvelle épreuve à passer dans la soirée, puisqu'il devrait déposer sous serment pour raconter en détails sa version des faits. Mais son avocat a déjà annoncé le contenu de sa future déposition: "Nous soutenons qu'il n'y a même pas eu de meurtre", a déclaré Roux.

Dans le même temps, à Port Elizabeth, la famille et les amis de Reeva Steenkamp étaient rassemblées dans le crématorium pour une cérémonie d'une heure environ. 

Vidéo: Les obsèques de Reeva Steenkamp à Port Elizabeth Voir la video

Vidéo: L'arrivée d'Oscar Pistorius au tribunal Voir la video