Oscar Pistorius
Oscar Pistorius au tribunal de Pretoria | DANIEL BORN / POOL / AFP

Oscar Pistorius libéré de façon anticipée

Publié le , modifié le

Oscar Pistorius sera libéré de façon anticipée le 20 octobre, annoncent les services pénitentiaires sud-africains. Condamné à 5 ans de prison pour avoir tué sa compagne la nuit de la Saint-Valentin en 2013, le champion paralympique sud-africain pourrait donc être libéré au terme d'une nouvelle réunion de la commission des libérations anticipées. Sa demande de libération avait fait l'objet de plusieurs examens depuis quatre mois.

La commission des libérations anticipées a "approuvé la libération anticipée d'Oscar Pistorius à compter du 20 octobre". "La commission a pris en compte tous les éléments, y compris le rapport sur  le condamné, les directives de la commission d'appel et les indications de la famille de la victime", indique le communiqué des services pénitentiaires sud-africains. Depuis quatre mois, sa demande de libération fait toujours couler autant d'encre que lors de son procès. Il avait même cru être libéré dès le mois de juin dernier, lorsque la commission des libérations anticipées avait donné son accord pour une libération fixée au 21 août, après dix mois d'incarcération. Mais au dernier moment, le ministère de la Justice avait donné son veto, exigeant qu'une commission en appel réexamine sa demande. Mais depuis, ladite commission a refusé de se prononcer, renvoyant de fait le dossier à la première commission...

Pistorius pas sorti d'affaire

Si au regard de la loi sud-africaine, Pistorius était théoriquement libérable depuis le 21 août, il n'a pas encore réglé tous ses ennuis judiciaires car le ministère public a fait appel du verdict en première instance et le procès en appel est prévu le 3 novembre devant la Court Suprême. Cette dernière pourrait, comme l'avait demandé le procureur, requalifier le crime commis en "assassinat", et donc prononcer une sentence plus lourde que les cinq ans de prison initialement demandés. L'avocate de la famille de la victime, Me Tania Koen a indiqué que la décision de libération n'avait pas choqué ses clients dans la mesure où ils s'attendaient à ce que Pistorius soit libéré.