Myriam Soumaré: "Je garde la porte ouverte"

Myriam Soumaré: "Je garde la porte ouverte"

Publié le , modifié le

A 29 ans, Myriam Soumaré a décidé de raccrocher les points. Championne d'Europe du 200m en 2010, vice-championne d'Europe du 100m en 2014, elle manque de motivation pour tenter l'aventure des JO de Rio, mais n'exclut rien: "Dans ma tête, pour le moment, c'est définitif. Mais je garde une porte ouverte." Huit mois après avoir donné naissance à son premier enfant, avec une ligne totalement retrouvée et le sourire toujours omniprésent, la sprinteuse profite de la vie "comme tout le monde".

Votre retrait est-il définitif ?
Myriam Soumaré:
"Dans ma tête, pour le moment, c'est définitif. Mais je garde une porte ouverte. En novembre dernier, j'avais dit que c'était fini et trois semaines après j'étais sur la piste. Je préfère être honnête avec moi-même et avec les gens. Pour le moment, je ne suis plus dedans."

Vous n'êtes plus motivée ?
M.S.:
"C'est la motivation qui me manque. Je sais que je peux faire des chronos, que je peux aller chercher un titre de championne de France si je me rentre dedans (sic), et si les filles me laissent passer (rires). Si je m'en donne les moyens, il y a la possibilité de faire quelque chose de sympa. Mais je n'arrive pas à mettre mon jogging, mon manteau pour aller courir."

"Je suis épanouie"

Est-ce une décision difficile à prendre ?
M.S.:
"Non. Je n'ai aucun regret. Je suis heureuse dans ma vie, je suis épanouie. Je n'ai pas de manque qui ferait que j'aurais envie d'aller sur un stade. Je suis bien chez moi."

Mais les Jeux Olympiques de Rio auraient pu être un superbe objectif...
M.S.:
"Ca aurait pu être un super voyage. Ce sont des Jeux. J'en ai déjà faits deux, et c'est la meilleure compétition au monde. Mais, non, cela ne suffit pas."

Que gardez-vous de votre carrière ?
M.S.:
"Il y en a tellement. Je me rappelle de ma première course sur 60m, de mon premier titre de championne d'Europe, ma finale aux Jeux Olympiques, mon dernier championnat à Zurich, ma course à Marrakech où j'ai fait n'importe quoi... C'était des hauts, des bas, mais je ne garde que de bons souvenirs."

Vidéo: La carrière de Myriam Soumaré

"J'étais la 7e femme la plus rapide du monde"

Quel est votre meilleur souvenir ?
M.S.:
"La finale olympique (à Londres en 2012, Ndlr). Je me rends compte que, ce jour là, j'étais la 7e femme la plus rapide du monde. Peu importe ce qui s'est passé. Le jour J, j'étais la 7e du monde."

Quel est votre pire souvenir ?
M.S.:
"Le relais 4x100m des Mondiaux de Moscou, où on croit qu'on est sur le podium. On commençait à faire des projets avec les filles. Mais non, on est disqualifiées (pour un passage hors zone établi après la cérémonie du podium, Ndlr). Ca a été difficile à digérer."

Quels sont vos projets à l'avenir ?
M.S.:
"Aucun. C'est ce qui est bien. La porte est ouverte. Je viens à peine de prendre cette décision, et je vis au jour le jour. Je vis un peu comme tout le monde, en fait."

Vidéo: Son interview sur le plateau de Tout le Sport

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze