Kevin Mayer
Kevin Mayer | AFP

Kevin Mayer champion du monde de l'heptathlon en salle

Publié le , modifié le

Pour seulement cinq points d'avance sur le Canadien Damian Warner, Kevin Mayer vient de décrocher le titre de champion du monde en salle de l'heptathlon, à Birmingham. L'Estonien Maicel Uibo complète le podium. Il s'agit de la 3e médaille d'or en un an pour le Français, après son sacre européen en salle en mars 2017 puis sa victoire aux Mondiaux en plein air de Londres en août 2017. Mayer offre ainsi le premier podium à la délégation française à Birmingham.

Avec un total de 6348 pts, Mayer a devancé de cinq petits points le Canadien Damian Warner (6343) et l'Estonien Maicel Uibo (6265 pts). Mayer offre ainsi le premier podium à la délégation française à Birmingham. Grand favori de la compétition, le Français a pourtant dû attendre la dernière des sept épreuves au programme, le 1000 m, pour valider définitivement son succès. Il ne comptait en effet que 34 points d'avance sur Warner avant le coup d'envoi du 1000 m, soit l'équivalent de trois petites secondes.

Après un bon démarrage vendredi avec deux records personnels battus sur 60 m (6 sec 85) et à la longueur (7,55 m, record personnel indoor) puis un concours du poids solidement expédié (15,67 m), il s'est petit à petit déréglé avec un petit 2,02 m à la hauteur avant une journée de samedi très délicate, notamment à la perche, pourtant sa spécialité fétiche.

Alors qu'il aurait dû creuser un écart irrémédiable sur Warner, stoppé à 4,90 m, Mayer, qui venait de porter son record personnel cet hiver à 5,60 m, s'est en effet arrêté à 5,00 m. Il a finalement terminé à la 4e place du 1000 m, à deux secondes de Warner, un écart suffisant pour finir en tête de l'heptathlon.

Coleman confirme son talent

Un peu plus tard dans la soirée, l'Américain Christian Coleman a été sacré champion du monde du 60 m. La nouvelle pépite de 21 ans du sprint, qui vient de battre le record du monde de la distance, s'est imposé en 6 sec 37/100 devant le Chinois Su Bingtian (6.42) et l'autre Américain Ronnie Baker (6.44). Une autre Américaine s'était auparavant illustrée sur le 60 m haies, Kendra Harrison prenant l'or en 7.70. Elle a devancé sa compatriote Christina Manning (7.79) et la Néerlandaise Nadine Visser (7.84) sur le podium.

Si le Polonais Adam Kszczot a été sacré sur 800 m, le nom de son dauphin n'a été officialisé qu'un peu plus tard. L'Américain Drew Windle (1:47.99) a en effet été  disqualifié dans un premier temps après avoir fini 2e, mais a finalement été entendu en appel et récupère la médaille d'argent. C'est donc l'Espagnol Saul Ordonez (1:48.01) qui empoche la médaille de bronze, chassant ainsi le Britannique Elliot Giles (1:48.22) du podium.

Le doublé pour Dibaba

Enfin, le Tchèque Pavel Maslak (45.47), arrivé 3e, a profité des disqualifications de l'Espagnol Oscar Husillos (44.92) et du Dominicain Luguelin Santos (45.09) pour être sacré champion du monde en salle du 400 m. L'Ethiopienne Genzebe Dibaba, déjà sacrée championne du monde en salle sur 3000 m, a sans surprise réalisé le doublé en remportant également le 1500 m. Sur 400 m, l'Américaine Courtney Okolo a été sacrée championne du monde. Chez les hommes, c'est l'Espagnol Oscar Husillos qui a triomphé.