Mélange handisport-valides : la France contre aussi

Publié le , modifié le

La France soutiendra l'Allemagne si la Fédération d'athlétisme de ce pays propose l'an prochain, au congrès de la Fédération internationale, l'interdiction généralisée d'athlètes handisport lors des épreuves pour valides, a annoncé lundi le président de la FFA.

"Je soutiendrai la proposition allemande lors du prochain congrès", a  affirmé Bernard Amsalem, depuis Zurich où l'Euro-2014 débute mardi. Après l'épisode Oscar Pistorius, premier athlète amputé de l'histoire à  avoir participé à des championnats du monde et des jeux Olympiques avec les  valides, la question a refait surface avec la récente victoire du sauteur en  longueur allemand Markus Rehm, amputé d'un tibia, à ses championnats nationaux.

Celui-ci n'a finalement pas été sélectionné par sa Fédération pour les  championnats d'Europe valides de Zurich, au motif que sa prothèse lui  octroierait un avantage déloyal. La Fédération allemande songe à présenter en 2015, lors du congrès de  l'IAAF, une proposition réglementaire mettant un terme définitif à toute  polémique en interdisant la présence d'athlète handisport lors d'épreuves  valides.

Pour l'heure, la règlementation des compétitions internationales interdit  explicitement "toute technologie ou dispositif susceptible de procurer à son  utilisateur un avantage" non conféré par un matériel standard, ouvrant la porte  à des recours judiciaires utilisés avec succès par Pistorius pour avoir le  droit de concourir.

"Ma position à l'époque d'Oscar Pistorius était déjà très claire à ce  sujet: j'avais dit qu'il n'avait pas sa place chez les valides", a expliqué M.  Amsalem. "Ce qu'a fait Rehm (8,24 m) constitue une performance extraordinaire, c'est  vrai. Mais il faut mettre l'affectif de côté. Nous-mêmes organisons  régulièrement des épreuves handisport au sein d'épreuves valides. Il n'y a pas  de problème pour les associer, mais les mettre ensemble est une vue de  l'esprit", a estimé M. Amsalem.

A l'annonce de sa non-sélection pour Zurich-2014, Rehm s'était dit "un peu  déçu". "C'est très regrettable. Je dois d'abord digérer la nouvelle", avait-il  confié, préférant "prendre conseil auprès de (son) entourage" avant d'envisager  un éventuel recours.

AFP