Eliud Kipchoge

Eliud Kipchoge et le 1h59 challenge : plus que du sport ?

Publié le , modifié le

Eliud Kipchoge, recordman du monde du marathon à Berlin en 2h01’39’’, va essayer une nouvelle fois de passer la barre mythique des 2 heures ce samedi matin à Vienne. L’événement organisé par Ineos, prend une grande ampleur commerciale avec une campagne marketing lancée en mai 2018 et qui pourrait rapporter gros.

Déjà reconnu comme le marathonien le plus accompli au niveau mondial, Eliud Kipchoge ne s’est pas arrêté à son échec en 2017 de passer sous les 2 heures au marathon. A Monza en Italie, le Kényan avait échoué à 25 secondes de cette barre avec le "Breaking2 Project". Une expérience dont il a beaucoup appris. Cette fois ce n’est pas avec Nike comme sponsor principal, mais Ineos et plus particulièrement Jim Ratcliffe, “l’homme le plus riche d’Angleterre”, qu’il s’est engagé. 

Repousser les frontières humaines, mais à quel prix ?

Tous s’accordent pour dire qu’Eliud Kipchoge est le marathonien le mieux préparé, mentalement et physiquement, et Ineos l’a aidé en mettant à sa disposition 41 meneurs de train. Les meilleurs du monde. Parmi eux : les frères Ingebrigtsen (Henrik, Filip et Jakob), Bernard Lagat multiple médaillé mondial et olympique, Julien Wanders recordman d’Europe du semi-marathon, Paul Chelimo, vice-champion olympique du 5000 m, Augustine Choge meilleur ami de Kipchoge et double médaillé aux mondiaux en salle sur 3000 m… Ils ont pour mission de former un V autour de Kipchoge pour le protéger du vent. Au total, cinq équipes de sept coureurs se relaieront tous les 5 km.

A Vienne, le marathon se déroulera dans l’allée principale du parc Prater, sur un circuit de 9,6 km, coupé du vent, avec une météo idéale (entre 7 et 14°C et une faible humidité), une route presque droite (2,4 m d’inclinaison) et 10 000 personnes attendues pour acclamer le coureur de 34 ans. 

Mais courir un marathon en moins de 2 heures est-il possible ? Et surtout, est-il possible proprement ? Cette nouvelle tentative s’inscrit dans un contexte particulier où les soupçons de dopage planent. Quelques jours avant les Mondiaux de Doha, la chaîne allemande ZDF révélait que la fédération kényane d’athlétisme aurait couvert certains athlètes qui auraient eu recours au dopage avant de s’envoler pour le Qatar. De plus, l’association de Kipchoge avec Ineos, nouveau partenaire de l’équipe cycliste anciennement Sky, en trouble certains. Le Kényan est d’ailleurs apparu aux côtés de Sir Dave Brailsford, manager de l’équipe, mis en cause par un rapport du parlement britannique car il aurait couvert des pratiques de dopage au sein de l’équipe.

Eliud Kipchoge et le 1h59 challenge : plus que du sport ?
© KEI TSUJI / BettiniPhoto / DPPI

Record non homologué par l’IAAF 

41 lièvres, un marathon non ouvert à la compétition, et un ravitaillement motorisé, voilà les raisons de la non homologation de la performance du Kényan. C’était déjà le cas en 2017 à Monza et ce le sera une nouvelle fois à Vienne. Même si la tentative de passer sous les 2 heures est applaudie et reconnue par le président de la fédération internationale d’athlétisme Sebastian Coe, les conditions de course n’entrent pas dans le règlement IAAF.

1 million de dollars de prime, droits TV campagne marketing et merchandising… 

Jim Ratcliffe a vu les choses en grand et n’a pas rechigné à dépenser en vue de cet événement. “Nous faisons des milliards de bénéfice. Qu’y a-t-il de mal à investir un peu dans le sport “, expliquait-il en mai dernier. Il a donc lancé une vaste campagne marketing et de communication sur les réseaux sociaux avec hashtag #Nohumanislimited. Ineos 1:59 challenge a sa propre chaîne Youtube, où ils ont d’ailleurs annoncé l’événement le jour du 65e anniversaire du record de Roger Bannister sur le mile (3’58’’08). Pendant six mois, ils ont même partagé des messages de soutien de champion comme Patrick Vieira, Chris Froome ou Hermann Maier, assurant qu’il n’y a pas de limite dans le sport et que l’impossible n’existait pas. 

Financièrement c’est une aubaine pour Ratcliffe. Même le million de dollars de prime annoncé pour Kipchoge s’il descend sous les 2 heures n’est pas un problème pour lui, tant les bénéfices seront supérieurs. La course sera retransmise en direct sur Youtube et dans plus de 200 pays grâce à plus de trente diffuseurs dont la BBC, la NBC, Eurosport et France TV Sport. Comme en 2017, un documentaire pourrait bien voir le jour. De quoi s’assurer des revenus supplémentaires. Et même si l’accès à la course est gratuit un vaste dispositif de boutique est mis en place. Casquettes, sacs, t-shirts et bracelets aux couleurs de l’événement sont déjà mis en vente sur le site.

Nike pourrait également profiter de l'événement : sponsor officiel du recordman du monde du marathon, l'entreprise à la virgule avait déjà boosté ses ventes de la VaporFly une chaussure innovante. Cette fois encore, la marque a équipé les 42 coureurs de sa paire nouvelle génération... 

Eliud Kipchoge aussi serait bien verni. En plus du million de dollar de prime annoncé, il pourrait également être rétribué par ses sponsors comme Nike ou encore l’assureur NN (Nationalen Nederlanden) membre du groupe ING. Même s’il assure que “ce n’est pas pour l’argent mais pour montrer à toute une génération qu’il n’y a pas limite au possible”, le recordman du monde toucherait un joli pactole. 

A suivre en direct dès 8h ici avec Thierry Vildary et Pierre Sallet aux commentaires.

Elena Cervelle @Elena_Cvl