Le Kenyan Geoffrey Kamworor vainqueur, comme en 2017

Marathon de New York : Kamworor vainqueur, Jepkosgei détrône la reine

Publié le , modifié le

Le Kenyan Geoffrey Kamworor, vainqueur de l'épreuve en 2017, a remporté le marathon de New York dimanche, après avoir accéléré dans les cinq derniers kilomètres, devançant son compatriote Albert Korir. Chez les femmes, c'est Joyciline Jepkosgei qui s'est imposée, détrônant la reine de l'épreuve Mary Keitany, quadruple vainqueure de l'épreuve. C'était son premier marathon.

Geoffrey Kamworor a refait le coup. Après sa victoire en 2017, il a réitéré sa performance en remportant le marathon de New York ce dimanche. Il s'est imposé en 2h 08 min 13 dans le final à Central Park. Kamworor n'a jamais pu être rattrapé par Korir (2:08:36) ni par l'Ethiopien Girma Bekele Gebre (2:08:38). L'autre Ethiopien, grand animateur de la course, Tamirat Tola, a lui fini à la quatrième place. Le tenant du titre, Lelisa Desisa a abandonné après le 13e kilomètre.

Habitué des podiums à New York, où outre ses deux succès, il a à son palmarès une deuxième place en 2015 et une troisième l'an dernier, le coureur de 26 ans restait sur une superbe performance au semi-marathon de Copenhague en septembre où il avait signé le nouveau record du monde en 58 min 1 sec 15/100.

Jepkosgei gagne dès son 1er marathon

La Kényane Joyciline Jepkosgei a remporté dimanche le marathon de New York, détronant la reine de l'épreuve, sa compatriote Mary Keitany, quadruple lauréate de l'épreuve, qui a fini 2e. Jepkosgei s'est imposée en 2h 22 min 38 sec, devant Keitany, qui avait triomphé sur Central Park en 2014, 2015, 2016 et 2018, et l'Ethiopienne Ruti Aga. Ce trio s'était détaché peu avant la moitié de la course. Spécialiste des distances inférieures, 10, 15, 20 km dont elle détient les records du monde, Jepkosgei, 25 ans, courait son premier marathon.

C'est au 37e km qu'elle a pris ses distances sur Keitany, qui n'était pas au mieux de sa forme puisqu'elle a été vue auparavant en train de vomir. Dans les trois derniers kilomètres, les plus durs a fortiori pour une non marathonienne, Jepkosgei a souvent grimacé pour tenir l'effort, se retrournant pour voir si sa rivale la rattrapait. Mais elle s'est bel et bien imposée, en tutoyant de surcroit le record de l'épreuve établi par Margaret. 

AFP