Marathon de Berlin : Bekele triomphe et échoue à 2 secondes du record du monde du marathon

Publié le , modifié le

Auteur·e : Théo Gicquel
Kenenisa Bekele lors du marathon de Berlin.
Kenenisa Bekele lors du marathon de Berlin. | John MACDOUGALL / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

A 37 ans, l'Ethiophien Kenenisa Bekele a remporté dimanche le marathon de Berlin en échouant à 2 secondes du record du monde, au terme d'un finish de folie.

Deux petites secondes ! Pour deux petites secondes, Kenenisa Bekele a échoué à battre le record du monde du marathon à Berlin. Victorieux en 2h01'41, l'Ethiopien, actuel recordman du monde du 5000 m et du 10 000 m, a réalisé un chrono exceptionnel et frôle le record établi en 2018 par Eliud Kipchoge, qui n'était pas présent cette année.

En tête avec deux de ses compatriotes au 30e kilomètre, Bekele s'est laissé distancer au 31e km, mais est revenu impitoyablement en fin de course et a déposé Birhanu Legese (2h02'48) et Sisay Lemma (2h03'36). Après Kipchoge l'année dernière, Berlin confirme qu'il est le lieu où sont réalisés les meilleurs temps mondiaux du marathon.

"Je suis très heureux d'avoir réussi ma meilleure performance personnelle, et ce résultat m'encourage pour l'avenir. Mais manquer le record du monde pour 2 secondes, je ne suis pas content", a déclaré Bekele quelques minutes après avoir franchi la ligne d'arrivée.

A dix kilomètres du but, Bekele était à près d'une minute des bases du record du monde, mais sa pointe de vitesse, qui a fait de lui l'un des plus grands fondeurs de tous les temps sur piste (trois titres olympiques et 16 titres de champions du monde sur piste ou en cross), lui a permis de terminer en trombe pour venir titiller le record de Kipchoge.

Jusqu'à présent, l'Éthiopien n'avait pas réussi à s'élever sur marathon au niveau qu'il avait atteint sur les distances inférieures, mais ce résultat lui ouvre désormais des perspectives inattendues.

Il a expliqué son décrochage du 31e km par une petite douleur à un tendon. "J'ai un peu ralenti pour me relaxer, et ensuite j'ai poussé de nouveau", a-t-il dit, affirmant en outre que sa préparation n'avait pas été "à 100%" en raison d'une blessure.

Chez les dames, sa compatriote Ashete Bekere s'est imposée en 2h 20 min 14 sec, la grande favorite kényane Gladys Chirono ayant abandonné.

Avec AFP.