Oscar Pistorius
Oscar Pistorius devant le tribunal | AFP - ALEXANDER JOE

Mandat d'arrêt contre Pistorius ?

Publié le , modifié le

Selon une télévision locale de Johannesburg, un mandat d'arrêt aurait été émis vendredi par la justice sud-africaine contre Oscar Pistorius, 29 ans, qui encourt 15 ans de réclusion, au lendemain de sa nouvelle condamnation en appel par la Cour suprême de Bloemfontein, laquelle a requalifié sa première condamnation pour "homicide involontaire" en "meurtre". Le 14 février 2013, le champion paralympique avait abattu sa petite amie d'une arme de gros calibre à travers la porte de la salle de bain croyant à un cambrioleur. Le parquet n'a apporté aucune confirmation et a même démenti que le mandait ait été lancé, ce que devrait pourtant faire le juge dans les prochaines heures.

Selon la chaîne d'information eNCA, le "mandat d'arrêt a été délivré mais il ne sera appliqué que mardi". Pour l'instant, Pistorius  purge sa peine en résidence surveillée dans la propriété  de son oncle, et est astreint à des travaux d'intérêt général. Mais désormais considéré comme un meurtrier, il doit, selon le parquet,conformément à la procédure, comparaître devant le tribunal de Pretoria pour faire une demande de libération sous caution, en attendant sa nouvelle sentence. Ce qu'il devrait faire la semaine prochaine. Mais du fait de ce nouveau verdict, il y a peu de chance que cette demande aboutisse. Cassant le jugement précédent d'homicide involontaire, à la suite duquel il avait été remis en liberté conditionnelle en octobre, la cour a déclaré Pistorius coupable du meurtre de Reeva Steenkamp et il pourrait donc retourner en prison.La sentence ne devrait toutefois pas être prononcée avant début 2016. 

En attendant, ses avocats ont déclaré qu'ils allaient "étudier les conclusions du jugement et cette analyse guidera leurs décisions à venir". Un ultime recours devant la Cour constitutionnelle n'est donc pas exclu. Mais pour les spécialistes du droit sud-africain, bien que la peine effective n'ait pas été fixée, celle-ci pourrait être lourde."La gravité du crime va l'emporter sur les facteurs personnels (le handicap de Pistorius  et ses répercussions psychologiques) et probablement conduire à une longue période d'emprisonnement", 

Christian Grégoire