Yuki Kawauchi

L’incroyable histoire du japonais Yuki Kawauchi, vainqueur du marathon de Boston

Publié le , modifié le

L’athlète de 31 ans a remporté ce lundi 16 avril la célèbre course, surclassant le tenant du titre et champion du monde kényan Geoffrey Kirui en 2h15’58’’. A seulement 31 ans, le coureur a un palmarès impressionnant. Il est le recordman du monde des marathons finis en moins de 2h12’ et de ceux achevés sous la barre des 2h20’, entre autres. Mais ce qui impressionne par-dessus tout, c’est son histoire. Elle force le respect.

Voilà près de 31 ans que le Japon n’était pas monté sur la première marche de ce podium. Yuki Kawauchi  l’a fait. Ce lundi 16 avril, l’athlète trentenaire a remporté le marathon de Boston, battant le tenant du titre et champion du monde kényan Geoffrey Kirui en 2h15’58’’. " C’est de loin la plus belle journée de ma vie ", a-t-il déclaré à la fin de son exploit. Le coureur a dominé le dernier mille, s’imposant sous une pluie battante. Mais si ces performances sont chaque fois saluées, c’est aussi et surtout son  parcours de vie qui fascine. 

Car le coureur est un véritable passionné du marathon. A tel point qu’il enchaîne les exploits les plus fous. D’après le Guardian, le Japonais est un véritable boulimique de cette course. Il détient le record du monde des marathons avalés en moins de 2h12’ et de ceux terminés sous la barre des 2h20’. Au total, il en a déjà effectué pas moins de 79. Un chiffre impressionnant qu’il veut amener jusqu’au compte rond de 100 marathons avant le début des Jeux Olympiques de 2020 organisés à Tokyo. Une capacité à encaisser les bornes très impressionnante. 

Yuki Kawauchi

Sans sponsors ni primes d’engagements

Autre performance un peu plus improbable mais non moins respectable à ajouter à son palmarès :  le record du monde du semi-marathon couru en déguisement de panda ou vêtu d’un costume trois-pièces. On risque d’ailleurs de le recroiser régulièrement sur les pistes car il prévoit pour la seule année 2018 de faire pas moins de neuf marathons !

Plus encore que ses exploits, Yuki Kawauchi a une vie fascinante. L'homme n’est qu’amateur. Il n’a pas de sponsors et ne peut toucher de primes d’engagements. Tout simplement parce que son employeur le lui a interdit. Il ne peut donc que se résoudre à empocher les gains qu’il gagne à l'occasion de ses podiums. C’est d'ailleurs à peine s’il a eu le temps de recevoir son chèque de 150 000 dollars pour sa victoire sur le marathon de Boston ce lundi. Il ne pouvait pas louper son avion car mercredi, l’athlète reprenait le travail. Il est fonctionnaire dans l’éducation.

Chloé Joudrier