Yohan Blake a sorti les griffes sur 100m
Yohan Blake a sorti les griffes sur 100m | FABRICE COFFRINI / AFP

Ligue de diamant/Lausanne - Blake en 9.69

Publié le , modifié le

Le Jamaïcain Yohan Blake a battu son record personnel en 9.69 lors du meeting de Lausanne avec un vent... défavorable (-0,1 m/s). Il devient le coureur le plus rapide de l'histoire derrière le record du monde de Usain Bolt (9.58) et l'Américain Tyson Gay (9.69). Engagé dans le 200 m, Usain Bolt a aussi brillé en 19.58 avec un vent favorable (+ 1,40 m/s). Là aussi, un record du meeting de Lausanne. Les héros de Londres sont toujours en forme.

En conservant son titre olympique à Londres sur le demi-tour de piste,  Bolt, 26 ans depuis mardi, avait fait signer 19 sec 32 en finale pour devancer  son compatriote Yohan Blake (19.44). Quatre jours auparavant, la +Foudre+ avait déjà devancé +la Bête+ Blake en  finale du 100 m (9.63 contre 9.75), s'approchant à 5/100e de son record du  monde.

Les héros de Londres ne sont pas fatigués. Sous les yeux de son rival et compagnon d'entraînement Usain Bolt, Blake, "the beast", a ainsi amélioré son record personnel -9 sec 75 deux fois cette saison-, devenant le 2e performer de tous les temps, à égalité avec  l'Américain Tyson Gay, derrière son compatriote Usain Bolt. Il est le grand dauphin de la légende vivante du sprint mondial. Dommage que le vent ne soit pas manifesté. S'il était favorable de 1,4 m/s comme pour le 200 de Bolt, Blake n'aurait pas été loin du record du monde. "Mon coach (Glen Mills) me l'avait dit que je pourrais courir plus vite  (que 9 sec 75), beaucoup plus vite. J'ai eu un petit rhume après les JO, mais  cela a bien fonctionné quand même. Je reviendrai toujours ici. Je vous aime", a  déclaré le dauphin de Bolt sur 100 et 200 m aux jeux Olympiques tout en décontraction. 

"Je dois encore améliorer ma technique de course pour exprimer tout mon  potentiel. Et je travaille beaucoup pour y parvenir", a dit Blake. Sur une piste rapide sans vent, Blake a devancé Gay (9 sec 83), qui avait terminé 4e  en finale du 100 m des Jeux de Londres, et un autre Jamaïcain, Nesta Carter (9  sec 95). Vice-champion d'Europe, le jeune Français Jimmy Vicaut a amélioré son  record personnel en 10 sec 02 pour une 5e place. Encore une belle promesse.  Peu après, Bolt, qui a devancé le Néerlandais Churandy Martina (record des Pays-Bas en 19.85), a réalisé une course solide en 19.58 malgré un dernier 30 mètres difficiles. "Je suis  satisfait du chrono. Ma saison n'a pas toujours été facile mais je suis heureux  de la manière dont elle se termine", a dit Bolt.

Lavillenie gagne encore

Lui aussi est un boulimique. Champion du monde en salle, champion d'Europe en plein air puis champion olympique, Renaud Lavinellie veut mettre un point d'honneur à remporter une troisième Ligue de Diamant de suite. C'est chose.  Quel que soit le résultat de la finale de la discipline, le 30 août à  Zurich, Lavillenie ne peut plus être battu d'autant que son principal rival,  l'Allemand Björn Otto, médaillé d'argent aux JO, a seulement pris la 10e place  (5,55 m).

En passant tout à son premier essai jusqu'à 5m80, malgré un problème technique à l'impulsion, le champion olympique a remporté le concours avant d'échouer à 5m92 à son dernier essai. Pas très grave. Lavillenie a devancé au nombre des essais l'Allemand Malte Mohr, le  Britannique Steve Lewis et le Grec Konstantinos Filippidis, qui ont également  franchi 5,80 m.Le Français est sans conteste le meilleur."Mon corps est fatigué et la victoire avait plus d'importance que la  hauteur", a estimé le Clermontois.

Dans les autres résultats de la soirée, le qatari  Mutaz Essa Barshim, médaille de bronze à Londres, a égalé la meilleure performance mondiale de l'année, battu le champion olympique Ivan Ukhov, explosé son record personnel et amélioré le record du meeting détenu depuis 16 ans par Javkier Sotomayor en franchissant 2m39 à la hauteur. Sur le 100 m, l'Américaine Carmelita Jeter a pris sa revanche sur Shelly-Ann Fraser, la double championne olympique, d'un souffle (10.86 pour les deux sprinteuses). 

Mathieu Baratas