Les stars du confinement (3/5): Pascal Martinot-Lagarde, le hurdler qui hait l'inactivité

Publié le , modifié le

Auteur·e : Manu Roux
Bruxelles Pascal Martinot Lagarde
Pascal Martinot-Lagarde | AFP - Emmanuel Dunand

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Privé de JO, le champion d’Europe et médaillé de bronze mondial du 110m haies Pascal Martinot-Lagarde a le confinement ludique en postant quotidiennement des vidéos sur les réseaux sociaux via l’application Tik Tok. Habitué à faire le show quand il est sur la piste, PML s’est mué en Prestidigitateur Magicien en Ligne. Pour le plus grand bonheur de ses fans.

Des tours de magie à base de crayons, des étirements en trompe-l’œil avec une fausse jambe, une parodie de la chanson "Aicha" devenue "Corona", des imitations de sprinters au départ, ou encore des "squats" sur la musique du jeu vidéo Tetris, Pascal Martinot-Lagarde ne manque pas d’imagination et le Covid-19 n’a pas affecté son sens du spectacle, même en cette période passée loin des pistes d’athlétisme. "Je suis très branché réseaux sociaux et j’aime beaucoup ce qu’ils sont devenus avec le confinement: super créatifs!" confie PML depuis son pavillon de Moissy-Cramayel en banlieue parisienne.

"J’essaie de continuer à donner le sourire aux gens, comme je ne peux pas le faire via le sport en ce moment. Je m’éclate à tourner ces vidéos et ça m’occupe beaucoup. En plus, avec le confinement, j’ai découvert l’application Tik Tok, très facile d’utilisation. On peut filmer, monter, récupérer des sons en un temps record! Et ça me permet de lancer des défis à ma communauté de suiveurs, comme dernièrement pour la chorégraphie sur Tetris, pour casser la routine et rester en forme !" PML compte désormais plus de 65000 abonnés sur Instagram avec pas moins de 1000 nouveaux arrivants en quinze jours, en grande partie grâce à ses pitreries. 

Inspiré par les perchistes

Cet esprit ludique, Pascal Martinot-Lagarde aimerait bien que le milieu de l’athlétisme s’en inspire un peu plus à l’avenir. "Le week-end dernier, j’ai regardé le concours de perche à distance auquel se sont livrés Renaud Lavillenie, Armand Duplantis et Sam Kendricks et je me suis dit: ces trois-là, ils ont vraiment tout compris! Pour une fois, le but n’était pas d’aller le plus haut possible mais de franchir le plus de barres à 5 mètres en trente minutes. Ils ont changé les règles et j’ai vraiment adoré ce concept!" s’enthousiasme PML. "Voilà pourquoi j’aimerais, si l’on a la possibilité de faire quelques compétitions à l’automne, que l’on garde cet esprit «interclubs», quitte à se déguiser pendant les courses, pourquoi pas! Parce qu’on ne va pas se mentir, ça m’étonnerait qu’il y ait de grosses perfs dans les mois à venir. Moi en tout cas, je sais que je ne ferai pas 13 secondes 10 après avoir passé tout le printemps dans mon salon sans faire de musculation ni de haies. J’espère vraiment qu’on privilégiera le côté «fun » à la performance jusqu’à la fin de l’année!"

La véritable reprise, PML l’a déjà identifiée. "Je pense que la prochaine saison hivernale en salle avec en point d’orgue les championnats du monde en mars va être terrible, si elle est maintenue. Cette fois, personne ne va vouloir faire l’impasse car certains athlètes n’ont plus fait de compétitions depuis un an! Et beaucoup vont devoir se classer en vue des Jeux." D’ici là, pour voir PML faire le show, il faudra continuer à surveiller les réseaux sociaux. "Comptez sur moi pour continuer à vous faire rigoler" se marre Pascal, avant de raccrocher. 

Manu Roux ManuRouxJO