Alice Decaux
Alice Decaux au départ du 100m haies | AFP - OLIVIER MORIN

Les Français passent les obstacles matinaux

Publié le , modifié le

La matinée a été plutôt positive pour les athlètes tricolores engagés dans la 3e journée des championnats d'Europe, à Helsinki. Sur 100m haies, Alice Decaux (13"13) et Aisseta Diawara (13"10) se sont qualifiées pour les demi-finales, mais pas Sandra Gomis (13"63). Idem pour Ben Bassaw sur 200m (20"73) ou Myriam Soumaré (23"10). Sur l'heptathlon, Antoinette Nana Djimou mène la danse après avoir battu son record personnel sur 100m haies (13"11).

SUIVEZ LE DIRECT DES CHAMPIONNATS D'EUROPE

Sur la piste de Helsinki, le début de la 3e journée était placé sous le signe des haies. Avec les séries féminines, la France a pris le bon cap. Elles étaient trois en lice, et deux se sont qualifiées pour les demi-finales. Championne de France en titre, Alice Decauw a été accompagnée par Aisseta Diawara pour le prochain tour. Decaux s'est classée 3e de la deuxième série en 13"13, tout comme Diawara dans la série suivante, en 13"10. En revanche, Sandra Gomis a raté sa course, avec un temps (13.63) indigne de son niveau. "A l'approche de la 1re haie, je ralentis. J'arrive à me relancer mais je tape avec la jambe de retour à la 4e ou la 5e haie. Pourtant je me sentais bien", a déclaré Gomis.

Les haies étaient aussi au programme de la première épreuve de l'heptathlon. Et là, c'est Antoinette Nana Djimou qui s'est illustrée, en remportant sa série en 13"11, soit un record personnel sur la distance, et surtout le meilleur temps de toutes ses concurrentes. Elle a donc pris les commandes du classement de l'heptathlon. En revanche, lors du saut en hauteur, elle n'a réalisé que la 10e performance, avec un bond à 1.77m, échouant à 1.80m, barre qu'a passé sa compatriote Blandine Maisonnier.

Heidler rate son concours du marteau

Sur 200m, Ben Bassaw (20"73) a pris son ticket pour les demi-finales, tout comme chez les femmes, Myriam Soumaré et Lina Jacques-Sébastien. La première a remporté sa série en 23"10, tandis que la seconde a pris la 3e place en 23"09. "J'étais au couloir 7 et on m'a dit que j'aurais beaucoup de mal avec les  couloirs extérieurs. J'ai été effectivement éjectée en fin de virage. Cette  série m'a permis de tester la piste. Je suis très contente d'avoir enfin couru.  23 sec 10 à 13h00, c'est pas mal. Normalement c'est l'heure du brunch", a  commenté la Francilienne Soumaré. Sur 200 m, mais au masculin, Ben Bassaw, unique engagé, s'est qualifié  aussi aisément (20.73). Tenant du titre, Christophe Lemaitre avait en effet  renoncé de longue date à s'aligner sur le demi-tour de piste.

La grande sensation est venue du concours du marteau féminin, où Betty Heidler, détentrice du record du monde (79.42m), tenante du titre européen et vice-championne du monde en titre, n'a pas franchi les qualifications. Incapable de faire mieux que 65.06m lors de son 3e et dernier essai après avoir raté les deux premiers, l'Allemande s'arrête là. Elle avait déjà connu une désillusion dans le même stade lors des Mondiaux 2005. Quatrième l'année précédente aux Jeux d'Athènes, l'Allemande avait déjà échoué en qualifications (14e avec 61,91 m). "Je dois présenter mes excuses aux spectateurs. Je ne sais pas ce qui a mal fonctionné car je me sentais bien à l'échauffement. Au moins, désormais, je sais ce que je ne dois pas faire aux Jeux de Londres", a-t-elle déclaré après le concours.

Sdiri et Gomis en finale de la longueur, Erin au tapis

Deux Français sur les trois en lice ont  réussi à franchir le cap des qualifications de la longueur. Sdiri et Gomis ont dû contrôler leurs nerfs pour atteindre la finale, qui  se disputera dimanche. Tous deux sont passés à leur dernier essai, Gomis améliorant nettement sa  marque (7,89 m) par rapport à ses essais précédents (7,44 et 7,24 m), pour  prendre la 12e et dernière place qualificative. "C'étaient les minutes les plus longues de ma vie, je faisais le décompte  des sauteurs qui restaient en course. Au final, je suis soulagé, je suis encore  là", s'est-il réjouit

 Après un premier essai à 7,80 m, Sdiri a lui enchaîné 7,71 m puis 7,96 m,  pour terminer 9e des qualifications. "C'était voulu, j'adore sauter", a plaisanté l'athlète de 33 ans. "Non, je  fais le malin mais bon, c'est bien. Dimanche pour la finale, les comptes sont  remis à zéro. J'espérais faire plus de 8,00 m, mais j'ai assuré et surtout je  n'ai pas mordu de saut", a-t-il expliqué. e sauteur souffre toujours d'une "grosse inflammation au tendon rotulien".  Mais, prévient-il, "pour la finale, je suis prêt à me faire mal". Frédéric Erin n'a pu faire mieux que 7,53 m, insuffisant pour passer.