Christophe Lemaître - Jimmy Vicaut
Jimmy Vicaut et Christophe Lemaître, les deux leaders du sprint français | AFP - KIM JAE-HWAN

Lemaitre, "titillé dans son orgueil", félicite Vicaut

Publié le , modifié le

Christophe Lemaitre, chef de file du sprint européen depuis trois ans, s'est réjoui samedi du sacre continental de Jimmy Vicaut sur 60 m, le premier de l'histoire pour un Tricolore, avouant aussi auprès de l'AFP être "titillé dans son orgueil" en pensant à la saison à venir.

"J'ai regardé la course à la maison, à commencer par la demi-finale", a  expliqué Lemaitre par téléphone. Le sprinteur médaillé de bronze mondial sur  200 m en 2011 avait décidé de faire l'impasse sur les championnats d'Europe en  salle afin de mieux préparer les Mondiaux de Moscou cet été (10-18 août). "Il m'avait fait un peu peur en demi-finale, avec un départ qui n'était pas  bon. Mais il s'est bien repris pour la finale. L'Anglais (James Dasaolu, battu  à la photo-finish, ndlr) a confirmé son chrono et ça s'est joué à pas  grand-chose", a-t-il analysé. Lemaitre n'a pas encore directement félicité Vicaut, mais il a demandé à  Emmanuel Biron - 8e de la finale - "de lui passer le mot".

"C'est une bonne chose pour le sprint français, il y a un bon niveau, de la  concurrence. Ca me donne envie d'être prêt pour cet été", a-t-il poursuivi. Pour lui, Jimmy Vicaut est à la fois un adversaire et un collègue: "Jimmy,  c'est un peu tout ça à la fois. C'est un rival sur la piste, un collègue lors  des relais et en dehors c'est quelqu'un avec qui je m'entend bien. Quand même, ça m'a un peu titillé dans mon orgueil, parce que je ne suis  plus aussi seul", a confié également celui qui sort d'un hiver pourri par les  blessures et une méforme persistante, et que Vicaut avait battu largement lors  du 60 m des Championnats de France mi-février.

"Je refuse de me laisser battre sur 100 m"

"A Aubière, je n'étais pas dans les conditions pour le battre. Il va  falloir que je travaille dur pour conserver mon statut, d'autant qu'il va être  en confiance." Le compétiteur Lemaitre reprend d'ailleurs bien vite le dessus lorsqu'on  évoque avec lui l'été à venir, sur 100 m. "Moi, je refuse de me laisser battre sur 100 m", a glissé avec fermeté le  double champion d'Europe en titre de la discipline. L'an passé à Helsinki,  Lemaitre avait conservé sa couronne pour quelques centièmes (10.09 contre 10.12  pour Vicaut). L'élève de Pierre Carraz a ainsi d'ores et déjà repris les séances  bi-quotidiennes depuis le début de la semaine, après avoir évacué les dernières  gênes liées à une douleur au psoas qui l'avait contraint à déclarer forfait sur  le 200 m des Championnats de France. "Tout se passe très bien, la blessure ne me gêne plus, mon prochain  rendez-vous sera maintenant les Penn Relays fin avril, avant les Interclubs  début juin."

AFP