Dominique Blake, Jamaïque
L'athlète jamaïcaine Dominique Blake | ARIS MESSINIS / AFP

Le TAS plus clément avec Dominique Blake

Publié le , modifié le

L'athlète jamaïcaine Dominique Blake, contrôlée positive à un stimulant en juillet 2012, a obtenu du Tribunal arbitral du sport (TAS) une suspension réduite à quatre ans et demi au lieu de six ans. Blake, déjà suspendue neuf mois en 2006 pour un précédent contrôle positif, s'était vu infliger cette sanction par un tribunal antidopage jamaïcain.

Remplaçante du relais 4x400 m jamaïcain aux JO de Londres, Dominique Blake avait été contrôlée positive au méthylhéxanamine lors des sélections jamaïcaines pour le grand raout olympique, le 1er juillet 2012. L'athlète de l'île caribéenne avait reconnu avoir pris du NeuroCore, un complément alimentaire, mais s'était défendue  d'avoir eu l'intention d'améliorer ses performances sportives, sans convaincre  pour autant les instances disciplinaires.

Condamnée à six ans de suspension jusqu'au 1er juillet 2018, une sanction signifiant quasiment la fin de sa carrière, la spécialiste du tour de piste âgée de 27 ans peut espérer rechausser les pointes grâce à la réduction de sa peine à quatre ans et demi. Les arbitres du TAS en ont décidé ainsi, jugeant la peine prononcée en première instance trop sévère.

Jerome Carrere