marathon new york
La ligne d'arrivée du 43e marathon de New York | AFP

Le marathon de New York annulé

Publié le , modifié le

La polémique au sujet de la tenue du marathon de New York ayant pris une ampleur aussi démesurée que la tempête Sandy, le maire de New York Michael Bloomberg a finalement annoncé vendredi l'annulation pure et simple du grand rendez-vous sportif. A 48 h du départ, cette annonce a sans doute de quoi refroidir les ardeurs de quelque 47000 coureurs venus des quatre coins du monde, mais faut-il rappeler que 41 personnes sont mortes à New York il y a à peine 4 jours.

L'annonce sur le site officiel du marathon de New York

"Le marathon fait partie intégrante de la vie de New York depuis 40 ans.  (...) Mais il est clair qu'il est devenu une source de controverses et de  division" après la tempête qui a meurtri la ville, a expliqué le maire dans un communiqué. "Nous ne voulons pas de nuages sur la course et ses participants et avons décidé de l'annuler", a-t-il dit, ajoutant qu'il ne "pouvait pas autoriser une controverse sur un événement sportif". Vendredi soir, Mary Wittenberg, la présidente du comité d'organisation des New York Road Runners (NYRR) a exprimé "ses profonds regrets", se disant "désolée pour les coureurs venus du monde entier". Mais elle a souligné les circonstances particulières de cette annulation. "Il est clair aujourd'hui que la meilleure chose (à faire) pour New York et pour le marathon est malheureusement de passer à autre chose, ce n'est ni l'année ni le moment de le courir"

"Le marathon incarne l'esprit de la ville de New York, sa vitalité, sa  ténacité, la détermination des New-Yorkais", avait de son côté estimé Mary Wittenberg, la présidente du comité d'organisation, le New York Road Runners (NYRR). Selon le NYRR, le marathon apporte en outre environ 340 millions de dollars à la ville celui-ci avait annoncé qu'il donnerait au moins un million de dollars pour les sinistrés. Mais de nombreuses voix s'étaient élevées, dénonçant la tenue d'un tel événement quelques jours seulement après la catastrophe naturelle qui a coûté la vie à 41 New-yorkais et 57 autres personnes.

"Ceux qui veulent courir, nous leur demandons de venir à Coney Island et de courir livrer de l'eau et de la nourriture en haut des immeubles résidentiels", avait lancé le conseiller municipal démocrate Domenic Recchia. "Où sont les priorités ?", s'interrogeait le républicain Michael Grimm, élu de New York à la Chambre des représentants: "Des gens sont morts, des familles n'ont plus de logement, et la ville se soucie du marathon?", s'était-il indigné. Cette fois, la raison a semblé l'emporter.

Romain Bonte