Lamine Diack
Lamine Diack | AFP - JEWEL SAMAD

Le CIO n'accorde pas de crédit à Diack et le suspend provisoirement

Publié le , modifié le

L'étau se resserre autour de Lamine Diack. Le Comité International olympique (CIO) a décidé, mardi, de suspendre provisoirement le membre honoraire de l'institution et ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), mis en examen pour corruption passive et blanchiment aggravé. "Le comité exécutif du CIO a décidé cet après-midi de suivre la proposition du comité d'éthique de suspendre provisoirement Lamine Diack", écrit le CIO dans un communiqué.

Suivez notre live sur le scandale du dopage en Russie

Lundi, le Comité international olympique avait décidé de saisir sa  commission d'éthique à son sujet. "A la lumière de l'enquête entourant M. Lamine Diack, qui est membre  honoraire du CIO, j'ai décidé de faire suivre ce cas à la commission d'éthique  du CIO", avait déclaré Pâquerette Zappelli, chef de cette commission et  responsable de la conformité au CIO. Son conseiller juridique, l'avocat Habib Cissé, 44 ans, a également été mis  en examen, uniquement pour corruption passive, tout comme le médecin français  Gabriel Dollé, qui était en charge de la lutte antidopage à la fédération  internationale jusque fin 2014. Enfin, l'IAAF a annoncé la démission de Lamine Diack de la présidence d'une fondation affiliée à la fédération internationale.

Aucun doute sur Sotchi

Par ailleurs, le CIO reste très prudent sur les affaires de dopage en Russie. Pour le moment, il se refuse "à mettre en doute la crédibilité des contrôles  antidopage réalisés aux JO de Sotchi". "Le CIO a étudié le fonctionnement du laboratoire accrédité par l'AMA à  Sotchi pendant les jeux olympiques d'hiver 2014 à la suite des doutes exprimés  lors de la conférence de presse de la commission d'enquête indépendante. Dans  ce contexte, le CIO s'appuie sur le rapport écrit de la commission indépendante  qui ne fait mention d'aucune irrégularité. Tout comme aucune irrégularité n'a  été relevée par les experts internationaux présents, pas plus que par le CIO  lui-même", explique le CIO.