Renaud Lavillenie
Renaud Lavillenie | OLIVIER MORIN / AFP

Lavillenie s'adjuge la médaille d'or à la perche

Publié le , modifié le

Renaud Lavillenie a remporté le titre européen à la perche à l'issue d'un concours splendide et notamment d'un duel magnifique avec l'Allemand Bjorn Otto. Lavillenie a ensuite franchi 5,97 du premier coup pour établir la meilleure performance mondiale de l'année. Cet or est le seul du jour mais 3 breloques en argent (Darien, Carvalho et le 4x400 F) et une en bronze (4x100 m) sont venues égayer la journée. L'équipe de France termine cet Euro avec 14 médailles.

Lavillenie maître des airs

Renaud Lavillenie a conservé son titre de champion d'Europe du saut à la perche en étant le seul à franchir 5,97 m, une hauteur remarquable. Il a franchi cette barre directement comme avant à 5,87 m et 5,92 m. Le concours a été d'un niveau et d'une intensité exceptionnels, le mano à mano final entre Otto et Lavillenie tenant en haleine l'ensemble de stade. Alors que Lavillenie venait de franchir 5,87 m, Otto décidait de faire l'impasse à cette hauteur. Le Français décidait alors de sauter quand même à 5,92 m, qu'il franchissait à son premier essai croyant "tuer" le concours.

Mais Otto revenait dans la partie en effaçant cette même barre à son 2e essai. Le Français repartait donc en piste pour franchir, là aussi à son premier essai, 5,97 m, frôlant la barre comme lors de la plupart de ses sauts du jours. Le dernier coup de bluff d'Otto - nouvelle impasse à 5,97 m - poussait Lavillenie à 6,02 m, où il échouait à trois reprises, mais l'Allemand ne faisait pas mieux.

Le Clermontois, tenant du titre depuis son triomphe à Barcelone en 2010, a dû déjouer la résistance des perchistes allemands, qui outre Otto et Holzdeppe (3e en 5,77 m), comptaient également dans leurs rangs Malte Mohr (5,77), finalement 4e. Cette victoire confirme que le natif de Cognac sera le favori numéro 1 des Jeux Olympiques de Londres qui débutent dans moins d'un mois. Il s'agit de la cinquième médaille d'or pour l'équipe de France. Avant le sacre de Lavillenie, l'or était revenu à Christophe Lemaitre sur 100m, Eloyse Lesueur à la longueur, Mahiedine Mekhissi-Benabbad au 3000m steeple et Antoinette Nana Djimou en heptathlon.

Carvalho et Darien se couvrent d'argent

Florian Carvalho s'affirme au plus haut niveau. Le demi-fondeur a remporté la médaille d'argent du 1500 m. Un superbe accessit pour le Français qui progresse régulièrement. Il a été devancé, en 3 min 46 sec 33/100e, par le Norvégien Henrik Ingebrigtsen (3:46.20), alors que l'Espagnol David Bustos (3:46.46) a complété le podium. Carvalho, 23 ans, avait gagné l'an dernier le titre continental chez les espoirs.

Entré en tête dans la dernière ligne droite, Carvalho, également spécialiste de cross (champions d'Europe juniors et espoirs), n'a pu résister au finish du jeune (21 ans) Ingebrigtsen. Disputée sur un train lent, l'épreuve s'est débridée dans le tour final avec des tassements dans l'ultime virage qui ont provoqué la chute du Finlandais Niclas Sandells.

Garfield Darien a terminé 2e de la finale du 110 m haies derrière le Russe Sergey Shubenkov (13.16), nouveau champion d'Europe, alors que le Polonais Artur Noga a pris le bronze (13.27). Le hurdleur français a réalisé un temps de 13.20, légèrement moins bien que lors de sa demi-finale (13.15).Pour Darien, 24 ans, la médaille est de la même couleur qu'à Barcelone, en 2010, et à Paris-Bercy, en 2011 lors des Championnats continentaux en salle.

Le 4x400 féminin termine 2e

Les relayeuses du 4x400 m ont réalisé une superbe course d'équipe pour arracher la deuxième place derrière l'Ukraine (3:25.49 contre 3:25.07) et devant les Tchèques (3:26.02) au prix d'une magnifique dernière ligne droite. Les Bleues sont toutes parties prudemment avant de porter l'estocade dans les 200 derniers mètres.

Les relayeuses ont par la même occasion gagné leur place pour les JO de Londres. Alors que l'ancienne Muriel Hurtis, 8e de la finale individuelle, avait été écartée, l'équipe tricolore était composée de Phara Anacharsis (28 ans) et de trois très jeunes athlètes. Lénora Guion Firmin, Floria Guei, qui a parachevé le travail, et Marie Gayot, ont entre 20 et 22 ans.

Le relais 4x100 sur le podium

La France a également pris la médaille de bronze du relais 4x100 m messieurs dont elle était tenante du titre, en 38 sec 46/100e, devancée par les Pays-Bas (38.34) et l'Allemagne (38.44). Triple médaille d'or lors de l'édition 2010 à Barcelone, Christophe Lemaitre, placé en 2e relayeur, a conquis sa 2e médaille finlandaise, trois jours après un nouveau sacre continental sur 100 m. En l'absence de Jimmy Vicaut, il était assez difficile de faire mieux même si les sprinteurs bleus peuvent regretter deux passages de témoin moyens.

Les Tricolores ont pêché dans la transmission du bâton, déjà entre Ronald Pognon et Lemaitre, puis au 3e passage, de Pierre-Alexis Pessonneaux et Emmanuel Biron. En proie à une gêne, Jimmy Vicaut, médaille d'argent du 100 m, n'avait pas été aligné en dernier relayeur. Les Pays-Bas ont accompli de grands progrès depuis un an, avec l'arrivée de Churandy Maetina, champion d'Europe du 200 m, qui courait auparavant pour les Antilles néerlandaises. La France n'a donc pas confirmé sa tradition gagnante avec le relais masculin du tour de piste. Depuis 1966, date du premier or continental à Budapest, les Tricolores étaient sortis cinq fois vainqueurs.

Voir la video

Voir la video

Voir la video