Lavillenie: "Rester invaincu"

Publié le , modifié le

Meilleure performance mondiale de l'année (5.94m), huit concours pour huit victoires, Renaud Lavillenie aborde la Ligue de Diamant de Saint-Denis avec une énorme confiance. "Je suis N.1 mondial. Mais la concurrence est élevée, et sis je me relâche, je peux perdre ce statut", dit-il avant d'affronter notamment Steven Hooker, champion olympique et du monde, et Romain Mesnil.

- Peut-on dire que vous êtes actuellement le meilleur perchiste au monde ?
- "J'en suis à 8 victoires sur 8 cet été et je possède la meilleure performance mondiale de l'année (ndlr: 5,94 m) donc je suis le N.1 mondial. Mais la concurrence est élevée et si je me relâche, je peux perdre ce statut. Garder ce statut m'offre un challenge. Les autres veulent me battre comme j'aimerais battre le N.1 si j'étais à leur place. Cela m'oblige à aller haut."

- Qu'attendez-vous de ce meeting ?
- "L'objectif est la victoire pour rester invaincu. Même si le plateau est dense puisque le moins bon des engagés a sauté 5,65 m. Car enchaîner les succès me permet aussi de voir que je peux m'imposer dans des conditions météo différentes et dans des circonstances différentes. Fatigue ou pas, je sais que je peux aller +chercher une perf+ et gagner. Ca prouve que j'ai fait des progrès. Cette année, mes résultats sont moins aléatoires. L'an passé, j'ai connu une petite désillusion à Berlin (3e des Mondiaux, ndlr). J'ai maintenant appris à gérer ces situations. A Barcelone (Championnats d'Europe), je veux tout faire pour gagner ce titre. Gagner est le seul objectif."

- Votre rival pour les titres, en France et en Europe, est Romain Mesnil et votre rival pour les records est l'Australien Steve Hooker. Qu'est-ce-qui vous motive le plus, le duel pour les titres ou pour les records ?
- "Avec Romain, il y a un challenge puisque je termine deux fois derrière lui dans les grands championnats l'an passé (France et Mondiaux). J'ai ces défaites en mémoire et je n'ai pas envie que cela arrive à Barcelone. Mais ce qui me motive vraiment, c'est le duel avec Hooker. Avec Romain, on n'est jamais allé au-delà de 5,70 m. Avec Hooker, on est plus autour des 5,80 m. Même si cette année, (Hooker) n'a pas de grands rendez-vous. Il n'a pas la même préparation que lors d'une année avec les Mondiaux ou les JO. Sa saison est longue. Il a commencé à Shanghai (23 mai) et va finir avec les jeux du Commonwealth (3-14 octobre). L'an prochain, il y aura les Mondiaux, on aura une raison d'aller haut."