Renaud Lavillenie
Le perchiste français Renaud Lavillenie | AFP - ADRIAN DENNIS

Lavillenie, nouveau record de France

Publié le , modifié le

Une semaine après avoir amélioré le précédent record de France du saut à la perche en salle, Renaud Lavillenie a fait encore plus fort. Il est monté 4 centimètres plus haut pour mettre la barre du record de France à 6m08 lors d'un meeting en Pologne (Bydgoszcz).

On n'arrête plus Renaud Lavillenie. Six jours après avoir effacé le record de France (6m04), le Français s'est rapproché un peu plus de l'homme le plus haut de l'histoire, l'Ukrainien Sergueï Bubka, en plaçant le record de France à 6m08 en Pologne. Il passe devant l'Australien Steven Hooker. Et ce dès son premier essai. "Il est passé largement", a dit son coach Philippe d’Encausse. Mais comme il y a six jours à Rouen, le champion olympique de Londres a buté sur le record de 6m16 de Bubka. Le public polonais l'a gratifié d'une longue ovation malgré ses échecs sur la barre mythique. Le second du concours, le Polonais Robert Sobera, n'a pas dépassé 5,75 m.

Voir le tweet de Célia Le Nénan

 

Solide comme le roc, il prouve sa capacité de concentration après ses démêlés cette semaine avec les contrôleurs antidopage, coupables d'une erreur de procédure au terme du meeting de Rouen qui l'avait obligé à se soumettre à un second test urinaire. Une bévue qu'il avait qualifiée de "gros scandale". Cette page est définitivement tournée. Et la saison à venir s'annonce comme une promesse de grand soir. Le sauteur avait débuté très fort la saison en salle, en franchissant 5,93 m le 21 décembre à Aulnay-sous-Bois, en région parisienne. Et il avait tout aussi bien entamé la nouvelle année, avec 5,84 m début janvier à Aubière (Puy-de-Dôme), dans son fief, puis 5,75 m à Reno, aux Etats-Unis.

Tous les podiums depuis 2009

Sa progression, répète-t-il, doit le conduire au record du monde de Bubka (6,15 m depuis le 21 février 1993 à Donetsk). Sûr de ses qualités, le perchiste de poche (1,77 m/70 kg), est en effet obsédé par le record planétaire du monstre physique qu'était Bubka. Décrit comme d'autant plus fier qu'il porte les couleurs de son pays, il se présente comme ayant "horreur de la défaite". Agé de 27 ans, il est monté sur tous les podiums depuis 2009, l'année de son éveil international. Il ne manque au Charentais de naissance que l'or des Mondiaux en plein air. Troisième en 2009, il dut encore se contenter de cette place en 2011, mais cette fois dans la peau du favori. Il a été une nouvelle fois deuxième en 2013 à Moscou, derrière l'Allemand Raphael Holdzeppe.

Voir le tweet de Patrick Montel

Benoit Jourdain @BenJourd1