Bercy 2011 perche Lavillenie portrait 032011
Renaud Lavillenie vise un premier titre mondial en salle. | AFP - Bertrand Guay

Lavillenie, guide d'une délégation resserrée

Publié le , modifié le

Ils ne seront que onze à porter haut les couleurs de la France, lors des Mondiaux en salle d'Istanbul (Turquie), programmés de vendredi à dimanche. Le comité de sélection et le DTN, Ghani Yalouz, ont opté pour une liste composée de huit hommes et de trois femmes. Quelles sont les chances de médailles françaises ? Présentation.

À partir de vendredi, suivez en direct et sur France Ô les Mondiaux en salle d'Istanbul.

Le chef de file : Renaud Lavillenie

"Je suis de retour à mon plus haut niveau, et ce n'est pas fini", il n'y pas de doutes : le perchiste a faim de victoires. Privé de perche pendant deux mois à cause d'une fracture de la main gauche début décembre, Renaud Lavillenie a, toutefois, signé la meilleure performance mondiale de l'année (5,93 m) lors du meeting de Nevers (Nièvre). Lavillenie, chef de file de la sélection française à Istanbul, représente la plus belle chance de médailles côté tricolore aux Mondiaux. 

L'autre perchiste de la sélection, Romain Mesnil, lui, n'y arrive plus. Le natif du Val d'Oise reste sur une contre-performance lors des championnats de France. Pour son entrée dans le concours, le vice-champion du monde 2009 a échoué par trois fois à 5,55 m. Est-il capable de sortir la tête de l'eau ? On l'espère à quelques mois, maintenant, des J.O de Londres.

La révélation : Pascal Martinot-Lagarde

Il faudra aussi surveiller de près Pascal Martinot-Lagarde. Engagé sur 60 m haies et coaché depuis la rentrée par Patricia Girard, le hurdleur de Neuilly-Plaisance Sport a créé la sensation lors des derniers championnats de France en salle. Martinot-Lagarde a, en effet, été sacré sur sa distance de prédilection en 7"54, écœurant au passage Cédric Lavanne (7"65) et Ladji Doucouré (7"71). Un temps suffisant pour valider son ticket pour Istanbul, la Fédération française (FFA) ayant fixé les minima à 7s 60/100e. "Je pense qu’il peut descendre sous les 7"50 sur une course parfaite. Mais je préférerais qu’il s’enlève ça de la tête. Une première finale à 20 ans, ce serait déjà bien", estime la coach du champion du monde junior 2010 sur 110 m haies. Et en l'absence de Dayron Robles, blessé au dos, tout est possible.

Autre athlète à suivre attentivement : Benjamin Compaoré. Le spécialiste du triple saut tourne à plein régime, en témoigne son récent titre de champion de France en salle (17,13 m). Va-t-il, pour autant, poursuivre sur sa lancée à Istanbul ?

La revenante : Vanessa Boslak

Sa dernière compétition internationale remonte aux J.O de Pékin... Clouée au sol depuis, en raison de nombreux pépins physiques (pied droit, déchirure du ligament croisé du genou et complications post-opératoires), personne ne pensait revoir un jour Vanessa Boslak au sommet. C'était mal la connaître ! Double médaillée de bronze aux Mondiaux (cadet et junior) et recordwoman de France (4,70 m), la perchiste de Lille Métropole a marqué les esprits à Aubière (Puy-de-Dôme). Boslak a, justement, glané le titre de championne de France 2012 en salle, avec un saut à 4,42 m. "J’ai beaucoup travaillé pour en arriver là : de la course à pied, de la musculation et des séances techniques. Je suis un peu fatiguée, mais Istanbul va me permettre de me remettre dans le bain". Quoiqu'il en soit, c'est déjà une victoire sur le destin.

La délégation française pour les Mondiaux d'Istanbul :
Dames : Hind Dehiba (1500 m), Vanessa Boslak (perche), Jessica Cerival (poids).
Hommes : Emmanuel Biron (60 m), Grégory Beugnet (1500 m), Yoann Kowal et Yohan Durand (3000 m), Pascal Martinot-Lagarde (60 m haies), Benjamin Compaoré (triple saut), Renaud Lavillenie et Romain Mesnil (perche).

Voir la video