Renaud Lavillenie vainqueur perche Euro 2010
Renaud Lavillenie | AFP - Javier Soriano

Lavillenie, encore plus fort, encore plus haut ?

Publié le , modifié le

Haut perché en mars dernier lors des championnats d'Europe à Paris-Bercy (6,03 m), Renaud Lavillenie espère un saut autour de 5,80 m pour sa rentrée en plein air à Doha, lors de l'ouverture de la Ligue de diamant, et ainsi confirmer son rôle de leader de la perche internationale en attendant l'Australien Steve Hooker.

"Le programme, cette saison, c'est la Ligue de diamant, deux meetings du circuit pro (en France). Avec l'objectif des Championnats du monde (fin août à Daegu, en Corée du Sud)", explique le perchiste. "On va essayer d'avoir un pic de forme pour Daegu", remarque son jeune entraîneur Damien Inocencio (33 ans), qui n'a pas oublié qu'aux Mondiaux précédents, en 2009 à Berlin, Lavillenie "avait un peu perdu le rythme", accrochant néanmoins une médaille de bronze. Et le coach de préciser: "Cet été, on va combler le mois entre les Championnats de France (à Albi) et Daegu avec le concours de Londres, début août". C'est dans la capitale britannique, l'an dernier, que le tout frais champion continental de Barcelone avait mordu la poussière après dix victoires de rang. A sa décharge, la motivation était à la baisse puisque le Clermontois d'adoption était déjà assuré de remporter la Ligue de diamant.

Après l'ivresse des 6,03 m assortis d'un titre européen en salle, le 5 mars à Bercy, le Charentais est retombé rapidement sur terre. Damien Inocencio lui a accordé trois semaines de coupures, "une de plus qu'en 2010 d'autant qu'il ressentait une douleur derrière un genou". Le chef de file de la perche tricolore a partagé le temps entre famille, occupations domestiques et passion de la moto. Justement, en parlant de cou et d'une faiblesse au niveau des cervicales, Renaud Lavillenie a pas mal ramé en pratiquant le surf lors du stage traditionnelle de Pâques à Lagos, dans le sud du Portugal.
"J'avais découvert cette activité en octobre dernier lors d'un stage-loisir. Allongé sur une planche, ça me permet de renforcer la partie dos-épaules", souligne le sixième performeur de tous les temps.

Sans négliger le danger de l'Allemand Malte Mohr et du jeune Polonais Pawel Wojciechowski (5,86 m l'hiver dernier), l'attention de la paire Lavillenie /Inocencio se porte au-delà des océans. On peut se perdre en conjectures au sujet de Hooker, le champion olympique et du monde. "Soit il retarde sa première sortie parce qu'il n'est pas dans le coup, soit il veut marquer le coup quand il reviendra", remarque Damien Inocencio.

Gilles Gaillard