Lamine Diack
Lamine Diack | AFP - JEWEL SAMAD

Lamine Diack: "Tout ce qui a été fait en matière de dopage l'a été par l'athlétisme"

Publié le , modifié le

Le président sortant de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), le Sénégalais Lamine Diack, a déclaré mercredi matin à Pékin que "tout ce qui a été fait en matière de dopage dans le sport l'a été par l'athlétisme".

"On nous amuse depuis des semaines sur le dopage. Tout ce qui a été fait en  matière de dopage dans le sport l'a été par l'athlétisme. Nous avons été  déterminants dans la création de l'Agence mondiale antidopage", a souligné M.  Diack, 82 ans, en ouverture du 50e congrès de l'IAAF et en préambule des  Mondiaux d'athlétisme dans la capitale chinoise (22-30 août).

La fin de mandat de M. Diack a été marquée par des attaques répétées contre  le premier sport olympique sur le thème du dopage. Il y a trois semaines, la  chaîne publique allemande ARD et le journal britannique The Sunday Times,  s'appuyant sur 12.000 analyses sanguines provenant des bases de données de  l'IAAF, ont avancé qu'un tiers des médaillés mondiaux ou olympiques, entre 2001  et 2012, présenteraient des valeurs sanguines suspectes.

"Ne nous mettons pas à nous couvrir la tête de cendres. Nous devons arrêter  de réagir, nous devons continuer à agir. Nous continuons à dépenser entre 2,5  et 3 millions de dollars chaque année dans cette lutte", a ajouté M. Diack,  président de l'IAAF pendant 15 ans et 9 mois.

"Gatlin a été suspendu, il revient, c'est la règle"

"Nous avions notre Tribunal arbitral à nous, nos sanctions étaient de  quatre ans. On nous a dit que ce n'était pas possible et, en 1994, le CIO nous  a demandé de ramener à deux ans la sanction pour nous mettre en conformité.  Nous continuerons dans cette direction sans complexe et nous arriverons à  résoudre le problème (du dopage) le jour où tous les grands pays se doteront  d'une agence nationale. Rappelez-vous les Etats-Unis, nous n'avons plus de  problème avec eux. Ils éduquent, ils contrôlent, ils sanctionnent", a-t-il  poursuivi.

Concernant le sprinter américain Justin Gatlin, favori des 100 et 200 m aux  Mondiaux, alors qu'il a déjà été suspendu deux fois durant sa carrière, M.  Diack a précisé: "Il a été suspendu, il revient, c'est la règle. Si plus tard,  on décide pour une suspension à vie à la première infraction, alors ce sera  différent." Le Britannique Sebastian Coe, double champion olympique du 1500 m  (1980/1984), et l'ex-tsar ukrainien de la perche Sergueï Bubka sont les deux  candidats mercredi à la succession de Lamine Diack.