Le siège de la Fédération d'athlétisme russe
La Fédération d'athlétisme russe est devenu le centre de toutes les attentions | AFP - YURI KADOBNOV

La Russie va "nettoyer" la Fédération russe d'athlétisme

Publié le , modifié le

Le Comité olympique russe a annoncé la création d'un comité ad hoc chargé de "nettoyer" la Fédération russe d'athlétisme, accusée par les instances internationales de "dopage organisé", pour permettre à terme aux athlètes russes de réintégrer les compétitions. Ce nouveau comité, dont feront partie des représentants de diverses fédérations sportives russes, des juristes et des représentants du ministère des Sports, aura pour objectif de suggérer à la fédération des mesures contre le dopage, en accord avec les recommandations des instances internationales, selon M. Joukov, président du comité olympique russe. Un peu plus tard, l'AMA a annoncé qu'elle considérait l'agence russe antidopage non conforme.

"Nous avons décidé de créer un comité ad hoc, qui va coordonner ce travail.  En premier lieu, il va coordonner les changements qui doivent être réalisés par  notre fédération d'athlétisme ", a déclaré Alexandre Joukov, le président du  Comité olympique russe, après une réunion avec ses collègues. "Les responsables de la fédération sont entièrement d'accord avec nous. Le  comité pourra donc travailler", a-t-il affirmé. "Notre objectif principal n'est pas seulement de remédier aux critiques de  l'Agence mondiale antidopage, mais aussi de véritablement nettoyer notre sport  du dopage", a-t-il promis. La première réunion de ce comité ad hoc doit se tenir la semaine prochaine.

La fédération russe d'athlétisme  avait annoncé dimanche élaborer un plan  anticrise, censé l'aider à lever d'ici trois mois la suspension des sportifs  russes décidée vendredi par la Fédération internationale d'athlétisme  (IAAF), à  neuf mois des jeux Olympiques de Rio. "Tous ceux qui sont liés au dopage, les athlètes comme les entraîneurs ou  les spécialistes, doivent être punis et disqualifiés. Mais tous les athlètes 'propres', ceux qui n'ont rien à voir avec le dopage, ne devraient pas être  privés du droit de participer aux compétitions internationales", a souligné M.  Joukov. "Il va falloir beaucoup travailler, mais nous sentons un réel soutien du  Comité olympique international, avec qui nous avons des contacts permanents et  une compréhension mutuelle", a-t-il assuré.

AFP