La Fédération internationale d'athlétisme parvient à imposer quatre ans de suspension

Publié le

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a donné raison à la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) qui réclamait quatre ans de suspension au lieu des deux habituels pour l'athlète grecque Irini Kokkinariou, convaincue de dopage à partir des anomalies de son passeport biologique. Ce jugement du TAS permet de faire jurisprudence et pourra permettre à d'autres instances d'imposer quatre ans de suspension pour un cas de dopage révélé par le passeport biologique.

Jerome Carrere